Une rafale pour la route

Derniercarre1A.jpg


C'est au registre militaire qu'emprunte son titre Dernier Carré. La rhétorique guerrière plaît aux révolutionnaires et aux obstinés. C'est d'ailleurs ce qu'indique le sous-titre rouge : "Inlassables, tous les jours ils se remettent à vivre". Ne lâchons rien, nous dit-on, et ce sont Marlène Soreda et Baudouin de Bodinat qui nous le disent, donc on se montre attentif.
Ces deux-là, aussi dissemblables de prose que peuvent être deux écrivains, s'associent une fois encore pour livre un compendium par fragments du monde tel qu'il va. Ou plutôt tel qu'il ne va pas, puisque c'est de B. de B. - qui ne signifie pas Bien de Bien, mais Baudouin de Bodinat, essayez de suivre un peu sinon on ne s'en sortira pas - et qu'il est homme à agiter le chiffon de la Révélation plutôt que du baume. Marlène Soreda est quant à elle d'une étoffe souple et d'une humeur égale voire enjouée. Il y a peu à faire pour l'imaginer sourire à ses propres propos. Marlène Soreda est plaisante, c'est notoire, et sociable au sens élégant du terme. Ses chroniques portent cet air de Paris qu'on a toujours aimé, depuis les lettres de Delphine de Girardin, qui font aimer la vie, la ville, les gens qui peuplent la ville, les filles et les gredins, ainsi que les gradins où la Cité nous offre des assises pour deviser entre copains, les autobus et les pétrolettes diverses. Baudouin de Bodinat que l'on ne connaît qu'à travers ses écrits qui se posent un peu là (le dernier qui nous fut offert par l'ami Fabrice Lefaix a connu un succès d'estime notable : En attendant la fin du monde, Fario, 2018) est le type du penseur qu'on nommait en un siècle antérieur l'Ermite. Il a le type de l'ermite, oui, B. de B., et il prend le temps d'écrire pour exprimer ce qui lui importe - ce qui nous change foutrement de tous ces auteurs qui ne prennent pas le temps d'écrire ce dont ils se contrefoutent. Avec une retenue très post-situ, on pourrait en tirant un peu l'élastique de la comparaison (les critiques, on le sait, sont parfois à gros sabots) le placer aux côtés des Schiffter et autres songe-durs qui rassurent sur les capacités fonctionnelles du cerveau humain en territoire francophone.
Au sommaire, critique sociale et point de vue sur les images immondes du capitalisme sans gonds ni freins dans des paysages humains massacrés sous l'oeil complaisant de tous.

(On est licite aussi, "au point où nous en sommes", et s'il est trop tard pour tout, et simultanément, de cultiver aussi dans son jardin et de faire le plein de son vieux diesel avec la nette conscience de participer, pour sa modeste part, à cette prochaine libération.)

Sur un ton un peu prophétique souvent, ce qui ne coûte rien puisque l'avenir va durer encore un petit moment, et en digne descendant de ce situationnisme qui choie sa rhétorique et tresse de belles phrases, B. de B. trouve chez Valéry, dans les maximes, dans le bitcoin, dans ses lectures et de partout de quoi interroger notre monde qu'il juge casserolesque, naturellement. En somme le jaune était mis depuis lurette ; patience alors ! Que contiendra le prochain Dernier Carré qui ne sera probablement pas l'ultime étant donné l'actualité...
On ne pourra pas jeter ici notre clavier sans avoir souligné l'adéquation de la forme et du propos : autant la phrase est soutenue, autant la forme est povera. C'est fait exprès et cela fonctionne : le samizdat est l'avenir des mots, on ne cesse de le dire. Voici donc que la vêture de Dernier carré nous séduit puisqu'elle repose sur un principe très sobre d'équipement pour la pensée : un papier de cagette fait office de couverture, charme formidable, typo sobre, E façon cyrillique-suivez-mon-regard, c'est parfait.
Là, vous vous attendez à des citations à n'en plus finir qui vous permettraient de parler de Dernier carré sans l'avoir vu.
Macache.
Pour en parler, lisez.
Et pour commencer : "A la vue du cimetière, Estaminet."
Bonne route !



Dernier carré (n° 1, novembre 2018, 5 €)
La Charrette orchestrale
100, boulevard Davout
75020 Paris
Abonnement 13 euros (3 livraisons).

Vers d'usine

Ponthus CouvA.jpg

Contre toute attente, un livre venu de Bretagne est en train de pulvériser toutes les hypothèses des experts ès-rentrée littéraire : c'est un amateur d'Apollinaire au verbe vif et frais qui décoche la flèche capable de toucher le cœur si endurci des libraires (ah les libraires), des critiques (ah  […]

Lire la suite

Casa de Vino

couvBacchanMinard.jpg

On n’est jamais frustré dans son attente du « prochain » Céline Minard : avant même d’en avoir vu le bout du nez on sait pertinemment qu’il aura une autre saveur que le précédent. Et l’on sait aussi qu’il saura retenir toute notre attention, quelle que soit sa longueur. Un livre long suivi d’un  […]

Lire la suite

Flynn, drôle d'asticot

Castroetmoi.jpg

Les plus jeunes d'entre nous ne se souviennent pas d'Errol Flynn, le sémillant Robin des bois à galure vert plumé de 1938 (réal. Michael Curtiz & William Keighley). Ils le confondent avec Russell Crowe, ou Kevin Costner (les post-ados) et se demandent bien comment l'on peut se tromper ainsi de  […]

Lire la suite

Rencontre avec Michelle Perrot

George-Sand-a-Nohant.jpg

Cachées ? Les femmes dans les silences de l'histoire. Cultur'Elles, le réseau des femmes du ministère de la Culture vous invite à une rencontre sous forme de dialogue entre Michelle Perrot et l'auteur de Cachées par la forêt. L'historienne, professeure émérite à l'Université Paris-Diderot,  […]

Lire la suite

Léon Benett, dessinateur de Jules Verne

LBennettVerne.jpg

A l'annonce de l'exposition Édouard Riou organisée par les bibliothèques du Havre, il revient au Préfet maritime qu'il avait l'intention depuis longtemps de vous parler de l'un des deux autres dessinateurs qui ont tant fait pour l'oeuvre de Jules Verne : Léon Benett (1839-1916). C'était à l'âge des  […]

Lire la suite

Albert-Jean 1924

Albert-Jean 1924 bis.jpg

Albert-Jean En décernant le Prix Corrard à l'auteur de La Vattée de Larmes la Société des Gens de Lettres a consacré la semaine dernière la jeune gloire d'un des plus consciencieux travailleurs intellectuels de notre génération. Albert-Jean débuta par des livre de vers qui étaient d'un. disciple  […]

Lire la suite

Le long du 45e Parallèle Nord

azimutbrutal.jpg

Les éditions Signes et Balises qui ont pris l’habitude de surprendre leurs lecteurs viennent de publier un récit de voyage plein d’anecdotes, de contemplations et de pensées : le cheminement le long du 45e parallèle Nord qui traverse la France de part en part relaté par Christophe Dabitch. Pour les  […]

Lire la suite

Bouteille de Leyde

OursBlanc20.jpg

Je commence, hardiment, là où il faudrait peut-être finir. J’introduis des sons dans mon oreille et je traîne, je traîne. J’emporte avec moi ma bouteille de Leyde. Un trou se forme dans ma manche, qui grandit avec ma manche. Le tremblement de ma lèvre supérieure fait tic-tic — tac. Je me loge à  […]

Lire la suite

Derrière l'abattoir : un grand livre !

AlbertJeanCouvGrande.jpg

Un grand livre a reparu il y a peu. Ceux qui l'ont lu le savent. Les autres s'en rendront compte aisément, pour peu qu'ils suivent leur instinct et, peut-être aussi, le jugement de Victor Margueritte. Il place Derrière l'abattoir avec au nombre des très très grands livres sur la guerre. A vous de  […]

Lire la suite

Haut de page