Albert Touchard (1925)

AlbertTOuchardmars1925.jpg


Albert Touchard
On se souvient que, l'an dernier, M. Albert Touchard obtenait avec son beau livre La Mort du Loup, dont nos Académisards ont fait en son temps un juste éloge, Je grand Prix Balzac.
C'est un artiste que la vie et l'art — qui en est le reflet — Intéressent, préoccupent avant tout. Il travaille, sans se hâter, quand il a quelque chose à dire et le dit à son heure. Il ne se croit pas obligé, comme tant d'autres, de sortir un bouquin, par an. Il le vit, le pense, l'élabore, si je puis dire. Et quand il l'a mûri, comme un arbre son fruit, le fruit se détache tout .seul de la branche et tombe. C'est sans doute pourquoi il a cette saveur de fruit venu dans sa saison et dans sa terre. Ce n'est pas le produit "soufflé d'une forcerie.
Entré à l'Ecole Navale, il a pris part comme aspirant, à l'âge de dix-sept ans, à une croisière en Extrême- Orient, sur le « Bayard », auprès de son « fisto » Bargonne, devenu en littérature Claude Farrère. Démissionnaire quelques années plus tard pour raison de santé, il publia dans La Revue Hebdomadaire, Le Correspondant, L'Opinion, etc., des études pleines d'intérêt pour les spécialistes et pour le public lui-même sur les questions navales et des essais sur la littérature russe: Peu après il donnait, en collaboration avec M. Serge Persky, une traduction du chef-d'œuvre d'Andréieff : Les Sept Pendus. On lui doit à présent des traductions d'ouvrages russes, de Dianitri, de Merejkowski et de Michel Artzibacheff, entre autres.
Enfin, il aborda le théâtre en 1910, avec une adaptation de Fritzchen, de Sudermann, jouée chez Réjane, et avec cinq actes tirés du célèbre roman de Dostoïewski : Crime et Châtiment, représentés avec succès au Casino National de Nice en 1913.
Revenu au service actif pendant la guérre, il a pris part, à la tête d'une batterie de canonniers-marins aux combats devant Reims, Verdun et en Argonne. Les réflexions que lui a inspirées ensuite un voyage d'études en Allemagne (1921), ont paru dans La Revue de Paris.
Il est porté, par son goût de la dis section du cœur humain,? vers un art sévère, quelquefois/ âpre. et' souvent tourmenté, qui fait songer à celui d'un Gorki, d'un Dostoïewski, ses maîtres; C'est l'art d'un homme auquel une intelligence minutieuse ne laisse que peu de certitude, donc, de repos. Dans l'eau de ses yeux d'un bleu-vert, couleur des mers qu'il a tant de fois parcourues à la poursuite, de ses propres chimères, doivent passer beaucoup. de reflète nostalgiques...

Gabriel Reuillard


Paris-Soir, 31 mars 1925

Affaire publique

IllpourAlamblog.jpg

« Quand on écrit, on ne mène pas une petite affaire privée. C’est vraiment les connards, c’est vraiment l’abomination de la médiocrité littéraire – de tout temps mais particulièrement actuellement – qui fait croire aux gens que, pour faire un roman par exemple, il suffit d’avoir une petite affaire  […]

Lire la suite

Lucerné et Cambier sont dans un Mettray

MettrayPierreL.jpg

Mettray l'autonome c'est aussi Mettray la grise, une revue qui s'autorise la grisaille pour enrober l'images et les textes et n'en démord pas depuis 2001. Autour de Didier Morin, un aréopage choisi (Christian Prigent et alii) y publie d'artistiques archives, des témoignages, des entretiens, ainsi  […]

Lire la suite

Ni bile ni mouron

StenvesonJaenetetalli.jpg

La baronne Emma Orczy (1865-1947) n'est pas n'importe qui : elle appartenait au Detection Club d'Agatha Christie et Chesterton. Même si son oeuvre est restée beaucoup moins fameuse que celle de ses confrères, elle a toutefois connu la célébrité avec son personnage de contre-révolutionnaire, le  […]

Lire la suite

Premier poème d'automne

VarletII.jpg

Premier Poème d'automne Malgré l'azur hélé d'aventure ; malgré, Trains, steamers, et gourdin libre de chemineau, Toutes routes, irradiantes de mon coeur, Vers l'ivresse nomade et le gîte nouveau ; Amant sans espoir du poison fatal, Chaque soir, rassemblant les ferveurs animales, A l'abattoir je  […]

Lire la suite

Fuyons les villes !

MauriceSimart1924.jpg

En mars 1925, Maurice Simart, homme de lettres, osait l'exprimer : Vraiment, il faut être aussi niais que nous le sommes pour oser nous vanter de pareilles monstruosités. Depuis nous avons eu la mercatique, le management, la grande distribution, l'informatique... Fuyons les villes Si vous le voulez  […]

Lire la suite

Le libraire de Trieste

SabaTrieste.jpg

Trieste ne fut pas durant la dernière guerre mondiale un lieu de tout repos. Boris Pahor s'en souvient (1) et quelques autres avec lui. La publication d'un nouveau recueil traduit d'Umberto Saba (1883-1957) nous y ramène puisque sur les quarante-trois poèmes de la maturité que compte ce recueil  […]

Lire la suite

Bonnet le charpentier

ReneBonnetEcoleVie.jpg

Nouveau catalogue des souscriptions des éditions Plein Chant où toujours se bousculent les bonnes choses. Et tout d'abord dans la fameuse collection "Voix d'en bas", avec la double réédition de A l'école de la vie de René Bonnet, et de son Enfance limousine. Les hommes du bois aiment  […]

Lire la suite

Petite bibliographie lacunaire des Carnets de Baudasser

CarnetsBaudasser.jpg

Pierre Laleure était libraire-éditeur à Ambialet, sur la commune de Villefranche-d'Albigeois. Il y publia de 1970 à 1987 les 15 volumes de sa collection "Les Carnets de Baudasser". Toute information complémentaire sera la bienvenue... A titre d'exemple, l'achevé du recueil d'aphorismes  […]

Lire la suite

Louis Roubaud publie un livre (1924)

LRoubaudM.jpg

% Louis Roubaud J'ai souvent envie de lui dire, quand nous travaillons ensemble, à la même table, trempant nos plumes dans le même encrier, piochant au même paquet de cigarettes : « Arrête un peu de noircir du papier, vieux camarade. Les braves ménagères allumeront bien leur fourneau sans toi,  […]

Lire la suite

Amma rompt les câbles

RetSamadddii.jpg

L’annulation du dernier salon du livre nous a privé de la présente ce de Geetanjali Shree. Qu’à cela ne tienne, voici quelques lignes de son roman ''Ret Samadhi’’, son troisième roman traduit en français qui met en scène une vieille femme rompant avec les traditions et quittant le domicile de son  […]

Lire la suite

Persistance du cactus

PoutrainAUtopsie.jpg

Il nous l’avait dit d’emblée, qu’il n’était pas caduque, ce Cactus. Constant, voici qu’il lance trois nouvelles piques dans sa collection d’aphorismes. Ils sont signé Olivier Hervy, dont nous avons déjà parlé ici, Jean-Louis Massot et Guillaume Poutrain, qui se présente comme ledescendant du  […]

Lire la suite

Prophylaxie de la poésie

poeteesnault.jpg

Tourné vers la double quête de la gloire et de l'oubli, Poète né est un curieux ouvrage que nous sert Christophe Esnault. Drôle et grinçant, il rejoint la nuée de textes décrivant les aspirations du Poète, figure qui traverse les époques sans jamais subir les décolorations qui ont javellisé la  […]

Lire la suite

Les couvertures de notre siècle (39)

MInardCelineBacchantes2.jpg

- Qu'est-ce qu'il peut bouffer ton rat ! On aurait dû demander un régime de bananes, il va finir le cheddar. - C'est bon, Bizzie, il a bien bossé. Le rouge est mis, et il est bu. Un roman parfait pour commencer la semaine sur un bon pied. Céline Minard Bacchantes. - Paris, Rivages, "Rivages  […]

Lire la suite

Parallaxes

Parfois le verbe des aèdes s’échappe, lorsque les poètes eux-mêmes ne prennent la tangente, comme Frédéric-Jacques Temple cet été. Un volume collectif de ses recueils principaux avaient tout juste paru qui permet aujourd'hui de lui rendre hommage et, aussi, de le découvrir. Il serait plus judicieux  […]

Lire la suite

Haut de page