Les Découvertes de monsieur Queurenbois (chapitre VI)

Queurenbois0.jpg



CHAPITRE SIXIEME
Où M. Queurenbois découvre que la considération, la respectabilité et produits similaires sont liés à des causes extérieures, et que le chien d'Alcibiade peut, à l'occasion, prendre la forme d'un parapluie.

Sans le vouloir en somme de parti pris, M. Queurenbois rentra si tard, que bouleversée d'un dîner cinq ou six fois réchauffé et cinq ou six fois refroidi. Pélagie n'aperçut pas que son époux revenait sans parapluie.
Elle se précipita vers lui :
— Que t'est-il arrivé ? Tu as été souffrant ? Un accident ? Le veau est en bouillie ! Les légumes sont desséchés ! Je suis morte d'inquiétude ! Berthe est allée je ne sais combien de fois à la gare, pour voir s'il n'y avait personne d'écrasé ! D'où viens-tu ? Qui as-tu rencontré ? Tu as dû prendre froid ! Tu dois mourir de faim ! Le dîner va être exécrable ! Es-tu malade ?
— Je ne me suis jamais si bien porté, répondit M. Queurenbois lorsque, par épuisement, le flot des questions et des exclamations alternées fut tari.
— Alors ? interrogea Pélagie stupide d'étonnement.
— Alors, fit M. Queurenbois se mettant à table pour attaquer, avec sérénité, un mortier verdâtre qui avait dû ambitionner le titre de soupe aux poireaux, alors voilà.
— Comment voilà ?
— Oui, voilà : la soirée était séduisante. Je n'ai pu résister au désir d'une promenade.
— Te promener, à cette heure-ci ! Qu'est-ce que tu me racontes là ? Tu n'es pourtant pas un poète, pour te livrer à des excentricités pareilles !
— Je suis un poète qui s'ignorait, répondit M. Queurenbois découpant un veau s'effritant sous la fourchette.
— Il est bon, hein ? ricana Pélagie.
— Je n'en ai jamais mangé de meilleur.
— Qu'est-ce que cela veut dire, balbutia Pélagie.
A le voir avaler presque gaiement cette viande devenue une innommable charpie, elle demeurait stupide. A l'entendre le déclarer savoureux, ce brouet, lui qui goûtait la bonne chère, elle éprouvait l'impression que, subitement, son mari parlait quelque langage inconnu, tel le papou.
— Mais enfin, reprit-elle, dis-moi ce que ça veut dire, d'être revenu si tard.
— Ça veut dire que le temps invitant à la flânerie, je me suis senti, tout à coup, l'âme d'un vagabond.
— Toi, Alexandre, un rentier ! A cette exclamation éperdue, M. Queurenbois connut qu'il revêtait, aux yeux de Pélagie, la vénération bien française, qui nimbait, en ce temps-là, tout bas de laine suffisamment rembourré. Il n'en conçut nul orgueil et demeura insensible à l'appel pathétique que Pélagie lui adressait, au nom de cette petite bourgeoisie pour qui retarder l'heure d'un repas équivaut à un changement de régime.
— Tu avais donc oublié que nous dînions à sept heures précises ? reprit Pélagie. Tu sais pourtant que ton estomac demande à manger à heure fixe.
- Ce soir, dit M. Queurenbois inexorable, ma tête prit le pas sur ventre, et mon cœur avait vingt ans.
— Alexandre, tu as la fièvre ?
— Oui.
— Je le savais bien ! Je vais te faire du tilleul ou de la camomille, et tu vas te coucher bien vite.
— Laisse, je te prie, ces fleurs fades à leur destin. La fièvre qui m'anime est de celles que les émollients quotidiens ne feraient qu'exciter. Il me faudrait, au contraire, pour la calmer, la liqueur forte des aventures.
— Tu veux des liqueurs, fortes, Alexandre, gémit Mme Queurenbois, mais...
Un soupçon affreux la hantait.
— Tu n'aurais pas déjà bu un verre de trop ? interrogea-t-elle avec anxiété.
— Je n'en ai pas bu assez, tu veux dire. J'ai passé une jeunesse altérée. Mais je veux, désormais, me griser d'imprudence, de soleil sans ombrelle, de bourrasques sans waterproof.
— Alexandre, tu m'effrayes !
— Je veux, continua M. Queurenbois brandissant un couteau qu'il laissa retomber sur le camembert, je veux, à présent, comme certains chevaux de cirque, être présenté en liberté.
« Arrière les foulards et les tisanes. Pélagie, mets ton corsage rose. »
— Alexandre ! s'écria Mme Queurenbois d'un ton déchirant, tu es saoul !
— Certainement que je le suis, répondit avec calme M. Queurenbois, qui s'amusait infiniment.
— Ah ! mon Dieu ! gémit Pélagie, est-ce que quelqu'un t'a vu dans cet état ?
— Tous ceux qui m'ont rencontré, fit-il froidement.
— Qu'est-ce qu'ils vont dire de toi, un homme respectable ?
— Ils diront : M. Queurenbois a découvert que la respectabilité est une vieille folle à laquelle on sacrifie les plus belles heures de sa vie.
Ecrasée de cette réplique, Pélagie poussa un sourd gémissement.
Elle exhala une dernière supposition :
— C'est au moins Bernard, qui est la cause de ton dérèglement ?
Bernard était l'ami d'enfance de M. Queurenbois. PéIagie nourrissait, à son égard, l'aversion qui fleurit au cœur de certaines épouses contre les copains de jadis.
— Non, répondit M. Queurenbois, c'est Jantou.
— Un mendiant !
La vision qu'elle s'imagina de M. Queurenbois attablé avec Jantou fut, pour Pélagie, un coup de massue qui la rendit muette.
Le lendemain seulement, elle s'aperçut de l'absence du parapluie. Il manquait au porte-parapluie du corridor où, d'habitude, d'après les prescriptions conjugales, le déposait religieusement M. Queurenbois.
— Alexandre, s'inquiéta-t-elle, tandis que M. Queurenbois épuceronnait ses rosiers, qu'as-tu fait de ton parapluie ?
— Il est fort bien où il est.
— Mais où est-il ?
— Où il est bien.
— Tu l'as perdu ?
— Si tu veux.
L'infortunée Pélagie ne put tenir de son époux des renseignements plus précis. Aussi la pensée se précisa-t-elle en son esprit d'une ivresse formidable, ôtant à M. Queurenbois toute notion honnête des contingences sociales. Elle se promit que le jeudi suivant, elle soumettrait Jantou à un interrogatoire sensé.
Il lui fut inutile d'attendre jusque-là.
Le mardi, le marché installait ses tentes sur la place d'Armes.
M. Queurenbois y flânait aisément. malgré les étonnements de Pélagie.
— Je me demande ce que tu viens faire, s'inquiétait-elle. puisque tu es absolument incapable d'acheter quoi que soit d'utile.
M. Queurenbois répondait :
— Tu as bien raison ma chère amie.
Et il continuait à fréquenter un marchand ambulant qui, entre une poterie fêlée et une bassinoire montrant autant de bosses que de trous, présentait au désir du passant quelques bouquins achetés dans les ventes des alentours.
Or, M. Queurenbois s'attachait de plus en plus aux bouquins, se composant, entre les livres et les soins de son jardin, une vie personnelle où nul n'avait accès, une oasis qu'ornaient l'amour des fleurs et la floraison des méditations
Ce mardi, comme il venait d'acquérir un tome de Télémaque aux illustrations qui l'enchantaient, M. Queurenbois, s'en retournant, aperçut un rassemblement à l'autre extrémité de la place. Il s'approcha de la foule bruissante et mouvante, sans se douter combien il était mêlé aux divers sentiments qui l'agitaient.
— Le voilà ! chuchota quelqu'un qui lui parut s'adresser à sa personne.
Intrigué, M. Queurenbois s'approchant, fendit la masse des gens qui lui ouvrirent un passage et refermèrent leur cercle, comme pour l'engloutir dans un remous.
Parvenu au centre de ce cercle, M. Queurenbois aperçut Jantou aux prises avec Pélagie, celle-ci haranguant l'autre avec une véhémence indignée, tandis que Berthe composait un personnage de fond, et que Bille, l'agent de ville flegmatique, dominait le groupe agité.
Ce Jantou glorieux ne s'était-il point avisé, sous un soleil rutilant, de se promener abrité du fameux parapluie !
— Vous êtes un menteur ! s'écriait Pélagie, mon mari n'a tout de même pas perdu la raison à ce point-là.
J'ai tout de suite reconnu le parapluie de monsieur, glapissait Berthe, et j'ai tout de suite couru chercher madame.
A ce moment, Pélagie vit M. Queurembois qui regardait, impassible.
— Ah ! mon ami, s 'éplora-t-elle, figure-toi que j'ai retrouvé ton parapluie dans les mains de ce gueux de Jantou.
« Il ose prétendre que tu le lui as donné.
— Jantou a raison, je lui ai donné le parapluie, répondit M. Queurenbois, inclinant la tête.
— Elles z'ont pas voulu me croire quand je leur z'y ai dit, geignit Jantou.
— Mais... mais... balbutia Pélagie, qui semblait foudroyée.
— Monsieur Bille, fit M. Queurenbois, priez donc, je vous prie, ces personnes de se disperser. Il y a là un malentendu, tout simplement.
— C'est une bonne raison, acquiesça, placide, le gardien Bille ; allez-vous-en acheter votre pot-au-feu, puisqu'on vous le dit que c'est un malentendu..
Comme les gens s'égrenaient peu à peu, et que Jantou se retirait, le parapluie fièrement déployé, Pélagie eut un ori du coeur :
—Dire que je venais de le faire recouvrir !
Dès lors, l'aventure du parapluie la hanta, troubla ses béates digestions, devint un cauchemar.
— Offrir son parapluie à un galvaudeux ! Nous devons être la risée de la ville !
Nullement ému de ce qu'il ne paraissait pas considérer à l'égal d'une calamité, M. Queurenbois répondait :
— La ville se mêle de ce qui ne la regarde en rien, si elle se permet de juger les cadeaux qu'il me plaît de faire.
— Faire un cadeau à Jantou !
— Pourquoi pas, tu lui donnes bien deux sous, toutes les semaines.
— Comme ça se ressemble ! Tu m'as rendue ridicule.
— Pardon, tu fais erreur. C'est toi qui causas le scandale, en accusant Jantou d'un délit dont il était totalement innocent.
Pélagie cria d'une voix aigre :
— Pouvais-je m'imaginer qu'il disait la vérité !
— De quel droit soupçonnais-tu la parole de ce pauvre au moyen duquel tu apaises tes scrupules charitables, à raison de dix centimes tous les jeudis ?
— J'avais dépensé huit francs cinquante pour le faire recouvrir ! dont la pensée ne poursuivait que l'objet du litige.
— Ils sont fort bien placés.
— Ah ! Tu trouves ?
— Oui, Pélagie, puisque par la seule vertu de mon cadeau, Jantou a redressé l'orgueil d'une personnalité humiliée d'habitude, de vieux vestons et de pantalons hors d'usage.
« As-tu vu comme il s'estimait grandi à ses propres yeux, rien qu'à étaler, un parapluie en bon état. Le parapluie, Pélagie, c'est le commencement de l'état bourgeois.
— J'ai vu seulement que tu m'as donné tort devant tout le monde, et que nous perdrons notre considération à nous faire moquer de nous avec une histoire pareille.
« Je n'oserais plus aller voir personne.
— En quoi tu auras grand tort, si la vue de tes contemporains t'amuse.
— Comment veux-tu qu'on nous respecte à présent !
L'idée fixe de sa respectabilité compromise atteignit, chez Pélagie son point culminant, à la visite que fit Bernard à son ami Queurenbois.
Camarade d'école d'Alexandre, Bernard, à rencontre de M. Queurenbois, n'avait jamais éprouvé le besoin de quitter sa ville natale où il se trouvait bien pour partir à la conquête, plus ou moins fallacieuse. des félicités parisiennes.
Fils d'un garde-pêche sévère aux délinquants de la rivière. Bernard ne devait garder du métier paternel, que la passion frénétique du braconnage.
A la pointe du faubourg Saint-Nicolas, au moyen de matériaux acquis à peu de frais et fort surpris certainement de voisiner, il s'était construit une maison baroque.
Elle affichait le style composite dans sa plus effarante splendeur.
La rocaille, le bois imitant le marbre, la pierre peinte singeant le bois, des débris de mosaïque, du staff, y mélangeaient, sans souci de la moindre logique, leurs ornements décoratifs.
Au-dessus d'une vitre. débris d'une devanture de marchand de vins, se pavanait la moitié d'un rinceau Louis XV, déchu de quelque demeure seigneuriale, d'où, préalablement, venait aussi la statuette d'un Amour auquel manquait un bras et la moitié d'une jambe.
Quant à la plaque d'émail surmontant la porte d'entrée, plaque sur laquelle on pouvait lire encore « Mes Myosotis », elle n'avait sûrement point eu, pour destination première le manoir de Bernard.
Le propriétaire ne s'en avérait pas moins satisfait et habitait le logis en compagnie de Gipsy, sa chienne, de deux chats, d'une chèvre, d'un furet, de volailles, de lapins, de pigeons, d'une maîtresse et de sa nièce.
Et de l'aube au soir, tout cela aboyait, miaulait, bêlait, caquetait, roucoulait, chantait, dans un pêle-mêle bon enfant de bêtes et de gens. Une vie chaude, amoureuse et gaie unissait le logis, le jardin, la basse-cour.
Grand corps maigre et nerveux, teint de brique, poil grisonnant, jovial, d'une douceur assaisonnée de malice, Bernard subsistait du métier avoué de jardinier. Cela n'empêchait point les cuisinières de savoir parfaitement où trouver la belle pièce de poisson, voire le capucin devant orner la table d'une maîtresse de maison soucieuse d'un fin repas.
Sans une once d'ambition, partant, sans richesse, museur de tempérament, vêtu avec une fantaisie de bohème, toujours coiffé d'un chapeau dont la couleur, depuis longtemps paraissait un problème, Bernard se voyait exécré de Pélagie. La dame l'accusait de vulgarité, redoutait, les jours de pluie, son capuchon mouillé, son couvre-chef ruissellait, ses bottes boueuses, et détestait, en toutes saison, sa chienne Gypsy, ainsi qu'une courte pipe qu'il appelait, nul ne sut jamais pourquoi, « Madame la Maréchale ».
Bernard mit, ce jour-là, le comble à l'irritation latente de Pélagie, en s'amenant avec sa chienne et sa pipe, et s'écriant, du plus loin qu'il vit son ami Queurenbois :
— Ben, mon vieux, tu fais parler de toi ! Qu'est-ce que c'est qu'une diablesse d'histoire de parapluie qu'on raconte en ville ?
A cette confirmation de ses angoisses, Pélagie crut s'évanouir de dépit.
— Vous avez entendu jaser de nous ? eut-elle la force de demander.
— De lui, oui, fit-il désignant Queurenbois, serein à son ordinaire. Le pharmacien Bouyon contait l'aventure à M. Cardon, le docteur, et l'autre disait la tenir de sa cuisinière.
« Ils s'en payaient une rigolade !
— J'en étais sûre, se lamenta Pélagie, nous sommes la fable de toute la ville !
— Jantou se fait payer à boire, repartit Bernard, à narrer la chose et, à chaque verre, l'histoire du parapluie s'agrémente de détails nouveaux.
— A la bonne heure, dit M. Queurenbois, voici enfin un parapluie qui devient utile à quelque chose.
— Jantou prétend que tu lui as tenu des discours extraordinaires, que tu voulais devenir romanichel.
— Grands dieux ! s'exclama Pélagie, qui crut devoir, telle Cassandre, répéter ses sombres prophéties, je l'avais bien dit que nous allions être déconsidérés aux yeux des gens sérieux ! Tout le monde parle de nous !
— Tu ne sais donc pas, Pélagie, que pour arriver à ce résultat, un certain Alcibiade fit couper la queue de son chien.
— C'était moins malheureux que de donner son parapluie au premier galvaudeux qu'on rencontre.
— Le chien ne fut sûrement pas de ton avis.
— T'as beau vouloir m'éberluer je n'en démordrai pas. Quand on est un homme respectable, on n'expose pas sa femme et soi-même à être traités comme des caricatures.
— Je t'assure, ma chère amie, que tu te fais de la respectabilité une idée fausse ! Tu la conçois à la façon dont l'acceptent la plupart des imbéciles qui l'attendent de l'opinion du voisin.
— C'est ça, insulte-moi. Je n'accepterai pas, malgré ta grossièreté qu'un vagabond nous déconsidère de la sorte.
— Pélagie, tu fais erreur. Il ne s'agit pas de : nous, mais de : moi. On a beau, dans la vie commune, partager le lit, la table et les embêtements de l'existence, on n'est tout de même point obligé d'endosser l'avis textuel de son conjoint, surtout s'il vous choque.
— Hélas ! soupira Pélagie.
— Ne t'imagine donc pas responsable de mes excentricités, pas plus, je te le jure, Pélagie, que je ne me déclare le gardien de ton honneur.
« Si tu viens à me tromper...
— Oh ! suffoqua Pélagie devenue prude, dès qu'épouse légitime.
— ... Je ne me croirai nullement atteint dans cette respectabilité de surface qui te tient si chaud au cœur.
— Bien sûr, riposta Bernard, il n'y aurait que de la bêtise à se juger offensé, parce que vous le feriez coc...
— Monsieur Bernard, interrompit Pélagie, redressée de toute sa taille courroucée, je vous ai prié, déjà, de ménager ma dignité d'honnête femme, en employant des termes moins inconvenants. — Oh ! y a guère d'offense, madame Pélagie, rétorqua Bernard, ma mère appelait souvent mon père comme ça. Et il ne s'en fâchait pas. Sans doute qu'il partageait le point de vue d'Alexandre sur l'honorabilité. Il prétendait que : c'est un quant à soi qui ne regarde personne, et si ma mère le traitait de ce que vous ne voulez pas que je dise, il répondait : « Va toujours, ma fille, et baille-nous de la bonne soupe. Pour moi, j'étions point de ces nobliaux qui placions l'honneur ousque notre poulaille à l'zéeuf. »

(à Suivre).

Les Découvertes de monsieur Queurenbois (chapitre V)

Queurenbois0.jpg

CHAPITRE CINQUIEME Où M. Queurenbois découvre l'inutilité de l'utilité, l'utilité de l'inutilité, et que l'esprit de possession sommeille au cœur de l'homme. — Berthe, coulez voir le baromètre du père Dubois, Monsieur va sortir. Chaque jour, de cette consultation prudente, Pélagie préludait à la  […]

Lire la suite

Les Découvertes de monsieur Queurenbois (chapitre IV)

Queurenbois0.jpg

CHAPITRE QUATRIEME Où M. Queurenbois découvre les relations étroites entre l'honnêteté féminine et certains ornements de toilette en même temps que l'influence des bigoudis et du pilou sur les relations conjugales. — Quelle est cette femme étrangère ? faillit s'écrier M. Queurenbois au premier  […]

Lire la suite

Les Découvertes de monsieur Queurenbois (chapitre III)

Queurenbois0.jpg

CHAPITRE TROISIEME Où M. Queurenbois fait sa première découverte, à savoir que l'animal humain devient, à l'occasion, capable de réflexion. Ouvrant les yeux, au lendemain de ses noces, M. Quenrenbois hésita quelques secondes à se rendre compte qu'il n'était pas seul dans son lit. M. Queurenbois ne  […]

Lire la suite

Les Découvertes de monsieur Queurenbois (chapitre II)

Queurenbois0.jpg

CHAPITRE DEUXIEME Du danger des repas de famille, d'une addition qui eut un résultat inattendu, d'un corsage rose, d'une bouteille de chartreuse, autrement dit d'un chapitre qui éclaire sur l'influence de la liqueur des Pères, à propos du matrimonial. M. Queurenbois nommait ainsi : addition au  […]

Lire la suite

Les Découvertes de monsieur Queurenbois (chapitre I)

Queurenbois0.jpg

C'est le 21 septembre 1940 que paraîssent les deux premiers chapitres du roman inédit de Fanny Clar dans l'Oeuvre, un quotidien qui tournera mal, comme on sait. Pour l'heure, concentrons-nous sur les pages de Fanny Clar, qui, elle, tourna toujours très bien. CHAPITRE PREMIER De la présentation de  […]

Lire la suite

En marge de Cachées par la forêt : Fanny Clar

FannyClar.jpg

Nous avons à plusieurs reprises cité ici Fanny Clar, qui apparaît aussi dans Une Forêt cachée (1). Il aurait fallu y revenir plus tôt, mais les choses étant ce qu'elles sont, c'est une bonne journée, ce lundi 8 juillet 2024, pour souligner ce que les gens de gauche sont (2). Hommage à Fanny Clar !  […]

Lire la suite

Marine Tondelier connaît bien les méthodes du RN

tondelierNouvellesduFront.jpg

Conseillère municipale d'Hénin-Beaumont, Marine Tondelier connaît depuis longtemps les méthodes de la pègre brune Elle en parle avec précision dans son livre en 2017, Nouvelles du front. Dans l'urgence, et parce que le volume est épuisé, son éditeur a mis le fichier en ligne, gracieusement. Nous  […]

Lire la suite

Bulles et papillons (1922)

Papillons Deyrolle.jpg

Bulles et papillons Jardinier et souffleur de bulles, Oui, je cumule Ces humbles occupations. Le jardinage, Pour moi le repose, le jeu, le badinage : L'on prend ses récréastions Chacun suivant son caractère. J'aime la terre ; Je lui ais chaque jour mille dévotions : Je l'étreins, la retourne et le  […]

Lire la suite

L'heure qui précède l'aurore

Prichvine et son chien.jpg

L'heure qui précède l'aurore est, à mon sens, accordée à l'homme en échange du bonheur vulgaire qui fait que les gens dorment le matin comme des morts, après avoir joui d'une rapprochement intime ou, au contraire, après s'être tourmentés l'un l'autre par des reproches, des jalousies, des  […]

Lire la suite

Haut de page