Zone de Dovlatov (III)

Dovlatov-couv.jpg


Chalamov haïssait la prison. Je pense que c’est insuffisant. Insuffisant pour aimer la liberté. Ou même pour haïr la tyrannie.
La prison soviétique est l’une des innombrables variantes de la tyrannie. Une forme de violence totale exercée sur des individus.
Mais il y a là de la beauté même dans la vie des camps. On ne saurait la décrire en peignant tout en noir.
Selon moi, l’une de ses plus remarquables parures, c’est la langue.
Les normes linguistiques ne sont pas applicables à la réalité carcérale. Le langage des camps n’est pas un système de communication. IL n’st pas fonctionnel.
IL est moins que tout autre chose destiné à un usage pratique. IL constitue un but en soi et non un moyen.
Seul le strict minimum est utilisé pour la communication :
—Le répartiteur te veut voir.
— Moi aussi je le cherche.
On dirait que les détenus économisent les paroles ordinaires. La langage des camps est surtout un phénomène créatif, purement esthétique, de l’art pour l’art.
La vie écoeurante des camps confère à la langue une étonnante expressivité.
La langue des camps est recherchée, savoureuse, ornementale et précieuse. La musicalité de son style rappelle l’école littéraire de Remizov.
Chaque monologue est une aventure. un drame avec un début propre à éveiller la curiosité, une apogée passionnante et un final tumultueux. Ou un oratorio ponctué de poses lourdes de sens, avec de brusques montées du tempo, de reiches modulations sonores et des fioritures vocales à vous fendre l’âme.
C’set un spectacle complet. Un numéro de foire, une action théâtrale, libre et provocatrice.
Le discours d’un détenu expérimenté remplace tous les accessoires de la vie civile. Coiffure, cosutme d’importation, chuassures, crave et lunette. Et même argent, situation sociale, titres et médailes.
Un discours bien posé est souvent la seule arme du vieux zek. Son unique moyen d’influencer son entourage. Le fondement inébranlable de sa réputation.




Sergueï Dovlatov ''La Zone. Souvenirs d’un gardien de camp’’. Traduit du russe par Christine Zeytounian-Beloüs. — La Baconnière, 190 pages, 14 €




Illustration du billet : couverture de l’édition La Baconnière rehaussée à l’aquarelle par Draco Semlich.

Revue des revues #61

RdR61.jpg

Du rose pour un week-end d’août. Il faut y voir, à coup sûr, l’influence du fantasque Daily-Bul sur le graphisme de ce numéro de la Revue des Revues, essentiel organse de la compréhension du monde revuiste. Son étude des périodiques littéraires et culturels se poursuit avec un sommaire  […]

Lire la suite

Traductions festivalières

dpa_2019_hd_-_jpeg2-724x1024.jpg

Les éditions La Contre-Allée participent à l'organisation du festival "D'un pays l'autre" consacré aux "Découvertes et aventures de la traduction littéraire". Il aura lieu du 25 au 35 septembre à Lill et Saint-Jans-Cappel. On y verra notre cher Michel Volkovitch, mais surtout  […]

Lire la suite

Les mots du livre : L'Inseratur

GuitetVauquelin.jpg

La Réforme de L'inseratur Dans L'Initiation à la Vie du Livre (1), MM. Guitet-Vauquelin, Houdin et Mac Orlan proposent de réformer l'inseratur. 0 candeur ! C'est jeune et ça ne sait pas ! Et il y a aussi la réforme de la Constitution. L'Inseratur - il n y a aucune honte à l'ignorer - l'Inseratur,  […]

Lire la suite

Bas la place y’a personne (1980)

DoloresPrato168908-6jpg.jpg

Marcher sans halte possible, c’est ça la vie, marcher sans savoir ce qu’il y aura de l’autre côté quand nous tournerons le coin. Ici il y a un caillou, une fleur, un chat, un bébé qui disparaît sans mourir, un arbre, un ami, soleil, nuage,et, nature mêlée à la nature, la douleur obstinée. Si l’on  […]

Lire la suite

De l’arbre à craques aux fake news

Goldonimarronnier.jpg

J’avais devant moi ce fameux marronnier que l’on appelait l’arbre de Cracovie, autour duquel les nouvellistes se rassemblaient, débitant leurs nouvelles, traçant sur le sable avec leurs cannes des tranchées, des camps, des positions militaires et partageant l’Europe à leur gré. » Carlo Goldoni  […]

Lire la suite

Les Incipits du siècle dernier (21)

SorescuVisionTaniere.jpg

La tanière dans laquelle il venait d’entre - et ce n’était pas la première fois qu’il y entrait, évidemment, puisqu’elle lui appartenait, il en avait hérité - avait quelques chose de primitif et de désuet qui lui conférait un air de « boîte », dans le genre de celles qu’on peut voir à Paris, bien  […]

Lire la suite

Des valises de boules

MisarchieDockes.jpg

- Vous avez supprimé l’argent liquide mais, si j’ai bien compris, vous avez gardé une sorte d’unité de compte. Je veux dire, vous n’avez pas supprimé la monnaie ? - Bien sûr que non ! sourit Clisthène. On a des comptes de Caisse. - Ce n’est pas si idiot, intervient Hushaï sentencieusement. — Le  […]

Lire la suite

Chapelle ardente

ChapelleardenteJosse.jpg

Le boucher ralentit. Laisse le fourgon mortuaire pénétrer seul dans l'enclos. Braque, se gare sur le parking réservé au deuil, en haut de la corniche. A ses côtés, le professeur feme les yeux, les ouvre, les referme. Il soupire et s'apprête à descendre du véhicule en étant intimement convaincu que  […]

Lire la suite

Haut de page