Belledonne et Belladone

HBougel2021.jpeg


Au pied de la chaîne de Belledonne, dans les Alpes, il y a Grenoble et quelques autres villes peu riantes comme Voiron où Hervé Bougel a passé sa jeunesse. Sa famille était installée dans un HLM. Il y avait un père qui aimait le poulet aux olives mais absorbait trop de belladone, une mère pleine d'autorité, une soeur abusée et le frangin abuseur qui veut devenir champion de vélo. Ca plaît beaucoup, le vélo, aux jeunes Alpins.
Dans un roman court, simple, sans emphase ni gymnastique oratoire, entre échappées salutaires et "Séquence du spectateur", Hergé Bougel trace une ligne rouge qu'il dédie à sa mémoire, justement.
Il est aussi éditeur de poésie à l'enseigne du Pré#carré, ce qui, soit dit en passant, n'enlève rien à son roman. Un livre à ne pas négliger.



Hergé Bougel Belladone. — Paris, Buchet-Chastel 143 pages, 14,50 €

Soyez bref !

Breves117.jpg

Excellent numéro voué à la brièveté de la revue Brèves. Il est d'une lecture particulièrement agréable. En deux mots comme en cent, le sujet de cette livraison est la "micro-nouvelle" chinoise, genre très établie C'est, nous dit Brève, "le monde sur un grain de riz", et, ma foi,  […]

Lire la suite

Cette fois il est temps !

tempsMourirMAsson.jpg

O joie ! O bonheur ! C'est cette semaine, jeudi 21 exactement que reparaît Un temps pour mourir, le grand roman catastrophique d'André Masson — le frère de Loys. Ainsi il est temps, et même grand temps. Et pour les personnages de ce livre inouï, plein de ravages et de tourments, et pour vous, qui  […]

Lire la suite

Durtain s'encarte

LucDurtainCarteCollector.jpg

Les bonnes idées ont la peau dure. Témoin, celle de la nouvelle au format postal. Cette pièce de la bibliographie de Luc Durtain, datée de 1940, démontre que l'on publie du texte court avec les mêmes intentions qu'autrefois : diffuser un peu de lecture dans une forme surprenante. L'être humain aime  […]

Lire la suite

10 CV

TB_2019_IE_10cv-pdf.jpg

«Relire Ilya Ehrenbourg aujourd’hui est un bon programme : c’est dire “niet” à la propagande culturelle dominante et creuser son propre sillon. Ehrenbourg a beau être “soviétique”, la critique n’a pas été tendre avec lui en URSS. Il fût affublé d’une belle série de noms d’oiseaux par la  […]

Lire la suite

De la rue, elle crie...

Josse Comptoir des Ombres.jpg

On ne parle si souvent que ça d’Yves Martin sur l’Alamblog. Et certains diront justement qu’on n’en parle pas assez. Mais on se rattrapera, ça ne peut manquer. Profitons, pour commencer, du Comptoir des ombres de Jacques Josse pour évoquer cette figure maximale, pelucheuse et souple qui fit avec sa  […]

Lire la suite

Joies de la bureaucratie

kataevgrenouille.jpg

Vanitchka aimait tendrement et méthodiquement son petit ménage de caissier. il aimait son beau et grand crayon toujours bien taillé, rouge d'un bout et bleu de l'autre, et même à part lui il l'appelait avec respect Alexandre Sidorovitch : Alexandre était le bout rouge et Sidorovitch le bout bleu.  […]

Lire la suite

Le maquis de ZAD

seditionvipaldo.jpg

De temps à autre jaillit un énergumène sur la scène littéraire dont la parole vise à secouer la vie policée du milieu. La poésie dite en public est un formidable vecteur pour les auteurs fort théâtraux comme ce Jules Vopaldo, issu de Berry nous dit-on, qui lance sa "peauésie" dans un cri  […]

Lire la suite

Emile Zavie à Bagdad

EmileZavieFloreal1923.jpg

Si l'on peut moquer la myopie de Zavie lorsqu'il visite la Russie en plein bouleversement bolchevique (il n'en voit que le corsage des jolies filles, et pourquoi pas...), Émile Zavie (1884-1943) a aussi su plaire en son temps. C'est le destin de tout créateur d'avoir, à l'occasion des hauteurs  […]

Lire la suite

Haut de page