The Famous Incipits of the XXe !

richamor01.jpg



Il existe trois incipits majeurs dans la littérature française du siècle dernier : celui de Marcel Proust expliquant qu'il n'avait pas toujours été un vrai fêtard, celui de Paul Nizan regimbant contre le stéréotype de la jeunesse considérée comme un âge d'or, et celui d'André de Richaud pris au dépourvu par la vie lorsque la saison des mécènes, et de la femme Léger, fut passée.

Mais non, Je ne suis pas mort. C'est bien plus pire ! Il faut dire que j'ai tous les inconvénients de la mort sans en avoir les avantages. Un moine sans foi, je suis. Et aussi un forçat innocent.


Ce livre, Je ne suis pas mort, vient de paraître une fois encore à l'enseigne de la Dragonne, à Nancy. Sous une très belle couverture de Jac Vitali, quatre-vingt pages de littérature qui compte, par un auteur qui compte, et qui signale avec véhémence qu'il vit toujours, à Vallauris, alors qu'à Paris quelqu'un à cru bon d'annoncer son décès.

L'un des très grands livres français du siècle dernier, par l'auteur de La Douleur et d'Échec à la concierge




André de Richaud Je ne suis pas mort. — Nancy, La Dragonne, 80 pages, 13,50 €

Et toujours

André de Richaud Échec à la concierge. Préface du Préfet maritime. - Talence, L'Arbre vengeur, 2012, 160 pages, 13 €






Richaud_Concierge.jpg

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Haut de page