Plafonner en allégresse

AxionovOiseauDAcier.jpg


Tiré d'une chanson de soldats, le titre de L'Oiseau d'acier de Vassili Axionov (1932-2009), fils de déportés politiques à la Kolyma, évoque un personnage nommé Popenkov au coeur d'une Russie soviétique absconse, bouffonne. Cet être blafard et bizarre s'installe dans un immeuble et finit par le régenter par la terreur. Il faut dire qu'il est doté de pouvoirs étonnants. Il s'installe donc, modifie les lieux à sa guise, et finit par menacer la salubrité de l'immeuble qui, au bout de dix-huit années de cette occupation de plus en plus envahissante, menace ruine. Le pouvoir de Popenkov a cru au fil du temps (il finira même par s'envoler lorsque la colère des occupants aura fini par gronder). Nouvelle avec digressions et solo de cornet à pistons, c'est le sous-titre de ce court roman qui, contrairement au patronyme de son auteur, contient un récit loufoque habité par deux ou trois figures passablement désaxées et de pauvres citoyens contraints de subir leur présence. Avec ses dérives boulgakoviennes, ce drôle d'oiseau vaut son pesant de vis à ailettes et nous sert des pages de haute voltige :

"Je l'ai lu, ce livre, dit Tolik Glottegouzine. Le régulateur me l'a donné hier avec ma feuille de route. Alors, il y a eu un cas. Je roulais sur les boulevards intérieurs, et je lisais. j'ai failli passer au rouge. Je regarde vers l'aquarium et je vois l'adjudant qui lit. Qu'est-ce que tu lis , l'adjudant, je lui demande. IL me montre, "Jeunes gens en allégresse". C'est au poil, non ? Je lui crie. Ouais, fait-il avec un sourir aigre, on sent l'influence de Bounine, et celle de Robbe-Grillet aussi. Et c'est là qu'un semi-remorque m'a embouti par l'arrière. Le chauffeur s'était plongé dans la lecture. Alors on a tenu une conférence de lecture volante."

On nous demandera plus pourquoi on aime la littérature post-stalinienne. Destiné à paraître en 1978 mais interdit par la censure, ce livre-charge contre l'arbitraire d'un pouvoir sans fondement a paru en France en mai 1980.



Vassili Axionov L'Oiseau d'acier. Nouvelle avec digressions et solo de cornet à pistons. Traduit du russe par Lily Denis. - Paris, Gallimard, 2018, "L'Imaginaire", 160 pages, 9 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/3499

Haut de page