Les incipits de notre siècle (4)

Fantalla.jpg


Faute de film, nous n’aurons pas un regard pour ce carré de pelouse bien tondue qui descend, depuis laporte-fenêtre restée ouverte, jusqu’au lac. La scène ne sera enregistrée nulle part.




Fanny Tallandier Par les écrans du monde. — Paris, Le Seuil, 255 pages, 18, 50 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/3638

Haut de page