Bernanos dans le domaine

BernanosMOTO.jpg



En attendant la biographie attendue de Bernanos par François Angelier, l'irruption de son oeuvre dans le domaine public le 1er janvier dernier génère des manifestations d'intérêt multiples et bien justifiées.
Pour ne parler que d'elles - car ont dû nous échapper quelques publications - trois ou quatre rééditions importantes sont à signaler, celle de ses récits, essais et pamphlets (Les grands cimetières sous la lune, Saint Dominique, Jeanne relapse et sainte, Scandale de la vérité, Lettre aux Anglais, Le chemin de la Croix-des-Ames, La France contre les robots), son Journal d'un curé de campagne, un pamphlet prémonitoire, La France contre les robots et, pour lire à la plage cet été, l'ambivalent Monsieur Ouine...
Bernanos est l'homme de nos tourments comme le furent les grands inspirés comme cet Orwell qui nous étonne toujours. Pour peu qu'on lise ses essais et pamphlets, on constatera que la pensée peut voir loin devant et qu'elle va vite, notamment lorsqu'elle route à moto. Voici ce qu'il écrivait en 1947 :

>Le système n'admet pas de mécontent. Le rendement d'un mécontent - les statistiques le prouvent - est inférieure de 30 % au rendement normal, et de 50 % ou 60 % au rendement d'un citoyen qui ne se contente pas de trouver sa situation supportable - en attendant le paradis - mais qui la tient pour la meilleure possible. Dès lors, le premier venu comprend très bien quelle sorte de collaborateur le technicien est tenu logiquement de former. il n'y a rien de plus mélancolique que d'entendre les imbéciles donner encore au mot de Démocratie son ancien sens. Imbéciles ! Comment diable pouvez-vous espérer que la Technique tolère un régime où le technicien serait désigné par le moyen du vote, c'est-à-dire non pas selon son expérience technique garantie par des diplômes, mais selon le degré de sympathie qu'il est capable d'inspirer à l'électeur ? La Société moderne est désormais un ensemble de problèmes techniques à résoudre. Quelle place le politicien roublard, comme d'ailleurs l'électeur idéaliste, peuvent-ils avoir là-dedans ? Imbéciles ! (...) Car l'Etat technique n'aura demain qu'un seul ennemi : "l'homme qui ne fait pas comme tout le monde" - ou encore : "l'homme qui a du temps à perdre" - ou plus simplement si vous voulez : "l'homme qui croit à autre chose qu'à la technique".




Georges Bernanos Journal d'un curé de campagne. Préface de François Angelier. - Le Castor astral, 390 p., 11, 90 €
Georges Bernanos La France contre les robots. - Louise bottu, "Les intemporels", 129 pages, 10 €
Georges Bernanos La France contre les robots Préface de Pierre-Louis Basse. Notes et postface par Albert Béguin. - Le Castor astral, 226 p., 11,90 €
Georges Bernanos Le Scandale de la liberté. Essais, pamphlets, articles et témoignages. éd. R. Deblué. - Paris, R. Laffont, "Bouquins", XIX-1336 p. 32 €
Et, sous peu, Georges Bernanos Monsieur Ouine. - L'Arbre vengeur, été 2019.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/3836

Haut de page