Lascault leurre-t-il ?

LASCAULT-COUVERTURE-essaiscouleurs-glissées.jpg



La formidable ''Petite Tétraglogie du fallacieux'’ de Gilbert Lascault reparaît dans la collection L’Alambic !
Naguère publié parmi les premiers titres de la maison d’édition de Christian Bourgois, il fallait rendre à ce quarteron de petits livres fantasques et subtils leur place dans le concert des livres importants de la seconde moitié du XXe siècle.
On aurait tendance à croire que les jeux de la postérité sont faits ? On aurait tendance à se tromper.
Et Lascault, qui est le plus enfantin et le plus amusé des critiques a mis en mots les légers dérèglements que la Fiction attend des fictionneurs.
A l’heure où la théorie et l’esthétique prenaient des capitales, il a choisi de privilégier le déroulé rapide de fables légères qui se sont révélées, mises bout à bout, lourdes de sens.
Lequel ? A vous de trouver. Et gare aux illusions.
Le premier volume entamait une descente aux sous-sols, le second visite les célébrités dans leur antérieur... Lavoisier et son urine, Guillotin et le jupon d’Odile, Moussorgski et son bortsch

8 juin 1854. Sept heures du soir. Modest Petrovitch Moussorgski, 5 ans.

Modest ne veut pas manger son bortsch. Son grand-père le gifle trois fois. Il saigne du nez. Le sang coule dans la soupe qu’il avale en pleurant.




Gilbert Lascault Petite Tétralogie du fallacieux. Illustrations de François Ayroles. — Talence, 18 juin 2020, coll. « L’Alambic », 365 pages, 16 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/4391

Haut de page