Août couleur tango (Alain Mercier)

Gronoff6.jpg


Août couleur tango

Air mat floué de blanc à la voûte taciturne
Vert poussiéreux des parcs et des pelouses entre les grilles
On glisse avec l'Errante de bulles en tampos d'ouate
Sur la piste sournoisement salie de senteurs moites
Par la ville neutralisée aux rues vides que réveillent
Les super-cubes pétaradant leur solitudes
Et ce n'et pas cet après-midi certes
Que nous rions au solarium des bords de Seine
Où les oiselles de banlieue ludiquement lézardent
En devinant au-delà des Futuropolis de la Défense
Les palmes et les yachts ondulant aux mers chaudes
Mais sourdes au grondement des charrois ferroviaires
De minute en minute escaladant le pont d'Asnières
Sous un ciel tout bruissant de métaphores grises.

Alain Mercier



ABC, revue de poésie, n° 2.


Illustration du billet : Gronoff, juillet 17

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/5474

Haut de page