Mot-clé - Paul Masson

Fil des billets - Fil des commentaires

† Raymond-Josué Seckel (Mort d'un bibliographe)

Seckel.jpg

Un grand bibliographe a disparu le 14 novembre dernier : Raymond-Josué Seckel, ancien directeur de la salle du catalogue de Richelieu. Il était né le 7 janvier 1949. Après avoir appris le métier comme commis libraire dans une grande librairie de Strasbourg, puis comme élève de l’ENSB, Raymond-Josué  […]

Lire la suite

Les Théories de Lemice-Terrieux (Paul Masson)

PMLT.jpg

PMLT.jpg



Paul Masson/Lemice-Terrieux a toujours excité la curiosité. Celle de ses contemporains, d'abord, qui en firent un personnage mythique (cf. les articles recueillis par feu Bruno Leclercq sur Livrenblog), les 'pataphysiciens ensuite, notamment ceux qui se chargeaient d'établir l'Encyclopédie des Farces et Attrapes (1964). Ils ont réuni la plus grosse part de la documentation que l'Alamblog complète ici un peu.
Grand amateur de personnages folichons, François Caradec a amassé sa vie durant les informations qu'il a trouvées - manquent encore des lumières sur la carrière administrative de Masson aux colonies), Bruno Leclercq a poursuivi de son côté, et Raymond-Josué Seckel a fait le point sur le passage de Lemice-Terrieux à la Bn où, selon cette grande gigue de Colette, il aurait créé de fausses notices du catalogue, manoeuvre hautement délicate qui se verrait vouée à l'échec et contrecarrée assez simplement.
Ci-dessous, la reprise d'un article du journal Adolphe Brisson, repris en volume, en 1897.


Lire la suite

Lemice-Terrieux, par Hugues Le Roux

fin-lemice-terrieux-281747-1.jpg

fin-lemice-terrieux-281747-1.jpg

Paul Masson, dit Lemice-Terrieux (1849-1896), fut le plus grand mystificateur de son temps.

Depuis la publication de l'Encyclopédie des farces et attrapes et des mystifications, dirigée par Noël Arnaud et François Caradec, Josué Seckel a poussé (dans un récent numéro de la Revue de la Bibliothèque nationale dont nous parlions récemment) ses investigations assez loin pour éclairer quelques faits rapportés par les 'témoins' de l'époque à l'aide de documents inédits.

On prête toujours beaucoup aux riches, et notamment aux riches d'imagination.

Vous trouverez ci-dessous un article d'Hugues Le Roux qui était resté méconnu jusqu'ici et dont le Préfet maritime revendique la retrouvaille (il était lancé, le farceur, dans la recherche d'une chronique d'Henri Roorda... tout mène à tout).

Ad usum bibliophilou.



Voir aussi sur Livrenblog, à qui nous empruntons le portrait placé ci-dessus, un ensemble d'articles sur la fin du roi des mystificateurs.

Lire la suite

Haut de page