Le romancier de presse

AlcantaraMachado.jpg


C'est bien qu'un traducteur est engagé dans son activité qu'il en arrive à fonder une maison d'édition afin de promouvoir les textes qu'il juge intéressants. Se transformer en éditeur, c'est aussi le signe que les éditeurs présents sur le marché ne sont pas trop intéressés, pas trop intéressants, et que l'on gagne du temps à fabriquer soi-même sa production et sa filière plutôt que d'attendre sempiternellement des avis, des opinions, de vagues engouements et de plus sûrs renoncements. Traduire est un labeur, tout labeur mérite salaire : Antoine Chareyre, qui oeuvre dans le domaine des modernités latinas, et en particulier brésilienne, depuis 2010, a changé son fusil d'épaule. Désormais, seul maître à bord, il maîtrise sa chaîne d'un bout à l'autre. De la fourniture du matériau à la perceptions des bénéfices. Pas idiot, n'est-ce pas ? Michel Volkovitch et Hélène Zervas, ont pris eux aussi le taureau par les cornes en lançant pour leurs traductions de la langue hellène leur propre marque : Le Miel des anges. Et on se souvient de la mise en oeuvre des éditions Interférences par Sophie Benech et son père traducteurs du russe. Verra-t-on la tendance se propager ?
En traduisant à nouveau António de Alcântara Machado (1901-1935), Antoine Chareyre poursuit, comme on l'indiquait, sur sa pente naturelle : elle le pousse à l'exploration des modernismes brésiliens du siècle dernier. Il avait donné déjà le Pathé-Baby (Paris, Petra, 2013) d'Alcadntara Machado — où l'on constate la concomitance du rapport au Kodak de Cendrars — et il poursuit avec son étonnant Bras, Beixga et Barra Funda, du nom de trois quartier de Sao-Paolo.

Tout comme celui qui naît homme de bien doit avoir le visage aliter, celui qui naît journal doit avoir un éditorial. La façade explique le reste.
Ce livre n'est pas né livre : il est né journal. Ces fictions ne sont pas nées fictions : elles sont nées informations. Et cette préface n'est donc pas née préface nn plus : elle est née éditorial.

Etonnamment proche du projet concomitant du Lotissement-Journal de Marguerite Grépon (Editeurs Associés, 1926), ce livre est saisi par le même pressentiment que la narration, et la poésie, doivent suivre une autre voie. Là encore Blaise Cendrars et Apollinaire sont passés par là. Préoccupé du sens de la vie et de toute chose, Alcântara Machado propose l'anecdote comme crible de ce qui pourrait se nommer " Le journal et la vie", un art à part, tout de spontanéité, de dialogues, d'onomatopées et de jets, ou d'intempestifs heurts.

Le match, dans la rue, semblait une affaire de vie ou de mort. Pourtant Gaetaninho n'y prêtait guère attention.

Le football, déjà, recueillait les suffrages. Sur son inspiration et sa méthode, Alcântara Machado s'explique encore aux abords de ses nouvelles :

Le journal est venu démontrer que la dite invention littéraire n'a jamais existé. Au fond, l'esprit d'invention est simplement l'esprit d'observation. C'est la vie qui invente et elle invente de mieux en mieux. Il n'est pas d'imagination capable de battre la réalité sur le terrain de l'extraordinaire. Parce que le journal n'était pas l'instrument de divulgation qu'il est aujourd'hui, et que par conséquent certains aspects du drame quotidien passaient inaperçus pour la majorité, l'intrigue semblait parfois un produit exclusif de l'imagination littéraire. il y avait la stupeur du lecteur. Et le manque de documentation contemporaine forçait d'un autre côté à exploiter le thème ancien, légendaire et historique. Les faits étaient vécus personnellement ou alors fournis par le passé. Aujourd'hui il suffit d'ouvrir le journal.

On serait curieux de savoir de ce que penserait Antonio de la société de l'information telle qu'elle se présente à nous. Tout à son paradoxal enjeu, faire de la littérature sans littérature, il est l'exact contemporain d'un Max Aub, et presque d'un Fénéon dans ses exercices en trois lignes, travaillant dans l'aporie leurs écrits, technique ultime de la littérature vraiment moderne. L'aporie s'impose chez le Brésilien, comme elle frappera dans le cinéma réaliste italien des années 1950. Montrer sans commentaire, mais montrer. Et la naturel du narrateur revient quoi qu'il en soit au galop...
Les nouvelles du volume, annotées avec gourmandise par le traducteur-éditeur démontrent qu'on avait tort d'ignorer ce Bras, Bexiga et Barra Funda, informations de Sao Paulo, une pièce remarquable de la littérature du siècle dernier.



António de Alcântara Machado Bras, Bexiga et Barra Funda, informations de Sâo Paulo. Traduction du portugais (Brésil) et édition par Antoine Chareyre. — Paris, L'Oncle d'Amérique, 2021, 21 €

La Roumanie sanglante (Panaït Istrati)

istratiarrete1925.jpg

Panait Istrati aurait été arrête en Roumanie Des nouvelles nous parvenant de Roumanie nous annoncent t'arrestation de notre excellent collaborateur et ami Panait Istrati dont les débuts'si éclatants avec Oncle Anghels furent confirmés par le beau succès des Présentations des Haïdouks. Ce Roumain  […]

Lire la suite

Comme une poignée de main

Tabarini_legendesINdoukaeva.jpg

Sous l'égide des Choses vues de Victor Hugo, Claude Tabarini offre quelques pages de la poésie du quotidien la plus délicate, et la plus simple. Un rafraîchissement particulièrement bienvenu. Livres J'ai déjà parlé des livres qui tombent. Récemment une paisible soirée auprès de l'âtre s'achdva sur  […]

Lire la suite

Petite Bibliographie lacunaire des éditions Société d'édition mutuelle J. Snell

ANdreasLatzkoMarcheRoyale.jpg

La récente réédition par les éditions L'Ethernité du roman de Victor Snell nous donne l'occasion de produire cette petite bibliographie lacunaire qui attendait depuis 2016 une occasion de paraître à vos yeux enchantés. A propos de Victor Snell (né en 1874, mort subitement le dimanche 8 février 1931  […]

Lire la suite

Le Petit Poète publicitaire

ZibeZibe.jpg

Joli travail de Grégory Haleux pour ses éditions de L'Ethernité, qui poursuivent leur historique du petit poète à travers les âges en rééditant le roman de Victor Snell, Zibeline ou le Hasard heureux (La Renaissance du livre, 1912) où il est question d'un poète en attente de gloire, d'une modiste  […]

Lire la suite

Opération Peyotl

DuitsPeyotl.jpg

Curieuse chose qu'une bande dessinée rendant par l'image "Le Trip" de Charles Duits. On se trouve renvoyé aux meilleures années de la presse libre, très libre, si libre qu'elle en était presque fanzineuse. Mais n'est-ce pas avec les bonnes vieilles méthodes qu'on fait les meilleures  […]

Lire la suite

Les cuisines d'Hamilcar n'étaient pas suffisantes

51y1keaoNuL._SX258_BO1,204,203,200_.jpg

L'exposition Salammbô - qui fait un tabac —, d'abord présentée au musée des beaux-arts de Rouen, se déplacera cet automne avec son cortège de passions et ses éléphants au Mucem, à Marseille. C'est l'occasion de rappeler qu'une génération a découvert le chef-d'oeuvre de Flaubert grâce aux  […]

Lire la suite

Curios, dit-elle

arton3265-79dad.jpg

On connaissait ses travaux sur Horace Walpole, l'Arlequin de Strawberry Hill (2020, TIR) et sur le roman gothique (elle a préfacé le catalogue de la BnF qui vient de paraître: Les Romans gothiques anglais, d'Adeline Sarrut), Elizabeth Durot-Boucé est aussi une universitaire qui anime des séminaires  […]

Lire la suite

Il n'y a plus de Castel Henriette

PetiteVilleVolkovitch.jpg

On n'a pas attendu 2021 pour se rendre compte que Michel Volkovitch est un personnage étonnant. En recevant son recueil de nouvelles hors commerce, Notre Petite Ville — titre choisi en hommage à La Fin de notre petite ville de Dimitris Hadzis, l'une des toutes premières traductions de Volkovitch),  […]

Lire la suite

Prétexte pour un procès

PretextatTheba.jpg

Reparaît le Prétextat de Pierre Bost, constat romancé de la difficulté des êtres à vivre ensemble. On y voit une famille de bourgeois parisiens en butte à l'amertume d'un propriétaire de petit hôtel breton. Procès à venir. C'est balancé comme un scénario et cela sonne exactement comme les romans de  […]

Lire la suite

Haut de page