Du sang de taupe

SangTaupes.jpg

La Bulgare Zdravka Evtimova, romancière, est aussi une nouvelliste de première force : son recueil de « contes & nouvelles insolites » tout juste paru aux éditions du Soupirail le démontre à chaque page.
Intitulé D’un bleu impossible, il s'ouvre sur un texte magistral, "Le sang de taupe", dont on nous fera la grâce de croire qu'il est imparable. Comme "Les papillons" de Patricia Grace, c'est un texte majeur, et un très beau témoin du talent d'Evtimova dont nous voulons désormais savoir plus.
Son univers, varié, s'ouvre sur des idées-force récurrentes dont elle joue avec subtilité, renvoyant de texte en texte des préoccupations, des figures, des ambiances. Les autres nouvelles du volume naviguent à des régimes variés, toutes de la meilleure eau, et laissent penser dans leur diversité et leur forte architecture aux nouvelles de Beatrix Beck ou d'Annie Saumont, ce qui n'est pas un mince compliment.
On notera au passage chez la Bulgare qu'il est souvent question de nourriture, de subsistance, à commencer par ce sang de taupe recomposant vendu par l'animalerie. Il est si terriblement efficace, ou bien il réveille de tels instincts qu'il fait courir toute la ville. Et ça n'est pas l'amour, cette fois, qui fait se mouvoir les êtres, non plus que fonctionner les mâchoires...
Bref, traducteurs, à vos crayons. Il est temps de lire l'oeuvre de Zdravka Evtimova dont Le Soupirail voudra bien nous procurer d'autres volumes. On l'espère en tout cas



Zdravka Evtimova D’un bleu impossible. Traduit du bulgare par Krasimir Kavaldjiev. - Le Soupirail, 152 pages, 18 € 152 pages, 18 €

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/3940

Haut de page