Sud, Est et Langues

BalzamoTriangle.jpg



Après avoir passé sa jeunesse en Russie soviétique, Elena Balzamo a choisi de s'installer à l'Ouest et même en France où elle a développé son activité de traductrice et de spécialiste des langues suédoises et russes. Elle a publié un livre remarqué - après avoir donné des essais sur la littérature suédoise - il y a peu, livre qui a conduit naturellement à ce Triangle isocèle où, comme beaucoup de sa génération, elle pose la question des effets persistants du soviétisme sur les esprits.
Bien sûr, elle n'est pas la seule à avoir ces interrogations : le Tchèque Patrik Ouředník (Allia) ou la Russe Elena Tchijova (La Planète des champignons, Noir sur Blanc) font eux aussi l'inventaire de leurs jeunes années passées sous le joug totalitaire, et ça n'est pas toujours pour louer les transformations libérales, non plus que la civilisation occidentale dont le cher Sud, par exemple, n'est pas du goût d'Elena Balzamo... Elle donnerait tous nos platanes contre une vraie forêt de bouleaux. On peut la comprendre...
Avec une ligne de mire résolument braquée sur la littérature, Elena Balzamo a ausculté son monde et sa vie, le monde où elle vivait et les tourments qu'il ne cesse de supporter.

Une société droguée à l'idéologie pendant trois quarts de siècle supporte mal le sevrage et se jette aveuglement sur les succédanés disponibles. D'où l'ambiguïté à l'égard du passé, d'où les tentatives de le légitimer. D'où, également, le refus de la culpabilité : tous des victimes, pas des bourreaux. (...) Nous sommes tous des Rodion Raskolnikov, attirés vers le lieu du crime : le passé, y revenant sans cesse, disait récemment une romancière pétersbourgeoise, et les meilleurs de fiction contemporaine en sont autant de preuves.).

Un document humain et littéraire, où il apparait que Le Taon d'Ethel Lilian Voynich (1897) a marqué pour longtemps la culture russe, comme Jules Verne du reste, qui fut le grand propagateur des images de la Terre et de ses contrées lointaines. Citant Joseph Brodsky et de nombreux autres, Elena Balzamo nous a concocté un reportage précieux sur ce qu'était le parcours d'une intellectuelle férue de langues il n'y a pas si longtemps, tout près de nous.


Elena Balzamo Triangle isocèle. - Paris, Marie Barbier, 128 pages, 12 €

(1) Cinq Histoires russes (Paris, Notabilia, 2015).

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Ajouter un rétrolien

URL de rétrolien : http://www.alamblog.com/index.php?trackback/4107

Haut de page