Mot-clé - Charles Cros

Fil des billets - Fil des commentaires

Vente Jean-Louis Debauve (la suite)

HervillyMidas.jpg

Le catalogue vient de sortir : la deuxième vente du fonds Jean-Louis Debauve aura lieu à Saintes le 27 juin prochain. Beaucoup de belles choses, comme on peut se douter, en particulier ce manuscrit de la comédie Midas d’Ernest d’Hervilly enrichie d’une composition de l’auteur à la gouache... ou ce  […]

Lire la suite

La Lanterne japonaise (pour contribuer à la redécouverte de Jehan Sarrazin)

lanterneSarrazin.jpg

n° 3, 24 novembre 1888 (poème de Charles Cros) Il y a quelques jours, Jehan Sarrazin réapparaissait grâce aux valeureux efforts de Grégory Haleux, qui lui consacre un long article, “Jehan Sarrazin, le poète aux olives”, bientôt soutenu par Bruno Leclercq qui ajoute une poilante nouvelle du dit  […]

Lire la suite

Charles Cros, par Victor Barrucand (1893)


Charles Cros

Qu'un homme, en ce siècle, se soit payé, à défaut du pain quotidien, le luxe d'inventer le phonographe, qu'il ait outré la complaisance envers ses concitoyens ingrats jusqu'à les doter de la photographie des couleurs, et qu'entre temps — avant de mourir — pour charmer le coeur des belles personnes et pour orner l'esprit des jeunes gens, il ait écrit des poèmes durables où se survit son âme intense, c'en est assez, semble-t-il, pour la gloire de son nom. Si quelque période d'oubli survient après cela, on cradrait croire que le temps préparer à la mémoire du poète un suffisant recul d'où sa personnalité surgira légendaire. Tous ceux qui ont gardé le souvenir ému de Charles Cros ne doutent point qu'il en soit ansi pour ce charmant génie aux allures déconcertantes.
Avec Félix Fénéon, Camille de Saint-Croix, L. Marsolleau, Alphonse Allais, Emile Goudeau, Verhaeren, Paul Verlaine, etc., des choses merveilleuses ont été révélées sur le poète et l'inventeur qui contribueront à perpétuer les multiples aspects de sa vie.
Charles Cros, né à Fabrezan (Aude), le 1er octobre 1842, est mort à Paris, le 9 août 1888, d'une décoordination générale des organes. Il a laissé des pages inédites — bien peu nombreuses, hélas ! — Ses poéies posthumes seront très prochainement réunies sous ce titre : "Le Collier de Griffes".
Ceux, pour qui le "Coffret de Santal", son premier volume, fut un événement, et qui tiennent ce livre, avec de spièces comme le Sento, l'Orgue, l'Archet, pur un de splus rares parmi l'abondante effusion littéraire des vingt dernières années, accueilleront sans doute avec la même faveur ces vers sans lendemain du poète, du philosophe, de l'humoriste, et du savant Charles Cros.
Pour exciter quelque ferveur à ce propos, nous offrons dès aujourd'hui, au lecteur, un extrait du "Collier de Griffes".

Lire la suite

L'exotisme a ses couleurs (les photochromes d'Orell Füssli à l'usage des voyageurs)

On se souvient peut-être que Charles Cros fut le premier — mais oui — à photographier en couleurs. Si on ne s’en souvient pas, il suffit de consulter, voire d’acquérir (car il vaudra des sous un jour) ses Inédits et Documents (1), dont l’éditeur a eu le génie de donner une reproduction de ces très  […]

Lire la suite

Haut de page