Mot-clé - Pascal Pia

Fil des billets - Fil des commentaires

Marchand est en coffret

MarchandCoffret.jpg

Jean José Marchand, homme de télévision et de culture est mort le 8 mars 2011. Il était, à l’instar de Pascal Pia, un érudit indépendant et un lecteur forcené, un critique et une référence de la recherche en histoire littéraire - certains se souviennent de l’inestimable série d’entretiens intitulée  […]

Lire la suite

Hommage à Jean José Marchand (souscription à ses Écrits critiques)

JJM_2003ter.jpg

JJM_2003ter.jpgJJM_1977_ter.jpgJJM_1962_ter.jpgJJM_1940_ter.jpg

Les Éditions du Félin et les Éditions Claire Paulhan se sont associées pour publier en mars 2012 les Écrits critiques de Jean José Marchand.

Un vaste chantier de 2910 pages repartis en cinq volumes, couvrant les années 1941 à 2011, mené par Guillaume Louet qui a annoté l'ensemble, une gageure.

Ceux qui ont lu Marchand dans Combat, Preuves ou la Quinzaine littéraire savent quel intérêt peut représenter cette intégrale : c'est un panorama complet — et indépendant ! — de la vie culturelle des années 1941-2011, une référence désormais incontournable à qui imagine pouvoir parler de la seconde moitié du XXe siècle culturel et politique en France.

Pour en avoir lu de bonnes pages, attendez-vous à des surprises...


Topo de l'éditrice :

« Jean José Marchand (1920-2011) comptait parmi les plus grands érudits de son époque... de notre époque. Après sa disparition, son complice Maurice Nadeau rappelait qu'il avait été "toujours un peu hors normes, franc-tireur, doué de trop d'humour et de curiosité pour ne pas déplaire à ceux qui font l'opinion".

Les Écrits critiques de Jean José Marchand font penser, par leur savoir et leur clarté, à l’œuvre d'Albert Thibaudet ou de son ami Pascal Pia, mais il est avant tout "un homme à sa propre hauteur", qui s'est intéressé très jeune au mystère de la littérature :
"C'est parce que, à l'âge de 13 ans, j'ai découvert dans la bibliothèque de mon père une édition (d'ailleurs imparfaite) des Fleurs du mal que ma passion - bien antérieure - pour la lecture s'est transformée en passion littéraire. J'ai lu et relu ce livre, jusqu'à ce que je l'aie su par cœur, d'un bout à l'autre ; j'ai entrevu ce qu'est la littérature. À vingt ans, j'ai commencé à collaborer aux revues littéraires (et non politiques) Poésie 41 et Confluences ; en 1944, j'ai rencontré à la rédaction de Combat, sortant du bureau de Pascal Pia et Roger Grenier, Maurice Nadeau, qui partageait avec moi une passion pour l'histoire du surréalisme. Donc c'est tout naturellement qu'ensuite j'ai donné quelques 'papiers' aux Lettres Nouvelles et à La Quinzaine." Somme d'érudition, d'honnêteté (et de malice), les Écrits critiques de Jean José Marchand traitent de littérature, de philosophie, d'histoire, mais aussi de cinéma, d'art, de sociologie, de politique. Pendant les sept décennies où il exerça généreusement son infatigable regard de lecteur, ses chroniques, articles, recensions, enquêtes et préfaces donnèrent, non sans une saine distance - fruit d'innombrables lectures, de recherches, d'efforts permanents de synthèse -, son sentiment profond qu'il n'a jamais trahi. »



Jean José Marchand Écrits critiques. — Paris, Éditions du Félin-Éditions Claire Paulhan, 2012, 5 volumes sous coffret (dont 1 vol. d'index), 2910 pages, 120 € (80 € en souscription jusqu'au 15 mars 2012)


Bulletin de souscription ci-dessous :

Lire la suite

Les moustaches de Jean José Marchand

JJMarchand.jpg

En 1955, Jean José Marchand publiait son premier livre, illustré d'un dessin de Hans Hartung, La Vie aux frontières du poème, essais de prospection poétique (Paris, Editions de Minuit). Cinquante-cinq ans plus tard, instruit par l'expérience et ses innombrables lectures, il nous donne La Leçon du  […]

Lire la suite

Les couilles du surréalisme (paroles de Pia)

Le travail de René Fayt nous permet d’en savoir plus sur un point crucial de l’histoire littéraire du siècle dernier (cf. billet d’hier) : quelle était la position de Pascal Pia sur le surréalisme. Les fragments de deux lettres mises en lumière dans Au temps du Disque vert méritent le détour. Ils  […]

Lire la suite

De Pascal Pia à Franz Hellens, par René Fayt

Ce que ne dit pas cette couverture rouge mal reproduite à l'écran (le scan, le scan), c'est l'intérêt du sujet de ce livre, des lettres et des notes qui le composent. Non, une couverture, en général, ne dit pas tout ça. Personnellement, j'y aurais mis les noms de Pascal Pia et de Franz Hellens plus  […]

Lire la suite

Haut de page