Mot-clé - Patrick Reumaux

Fil des billets - Fil des commentaires

En plein travail

femmeRoseSofaCigarette.jpg

En plein travail, le Préfet maritime, qui, sur son île, attend la neige de pied ferme, vous offre une image. Il vous donnera bientôt des nouvelles des éditions Le Miel des Anges, des limericks de Jacques Barbaut, d'une anthologie des dédicaces, du Journal de mon jardin de Vita Sackville-West  […]

Lire la suite

Suivez Reumaux !

stejoycomp.jpg

Suivez Patrick Reumaux, mais n'oubliez surtout pas le ciré. Lorsqu'il nous mène aux Joyeux Compères de Stevenson, Patrick Remaux, qui a déjà traduit pour les éditions Vagadonde Faustus Kelly de Flann O'Brien l'an dernier, le fait parce qu'il souhaite donner sa propre leçon de la mémorable nouvelle  […]

Lire la suite

Patrick Reumaux (un reportage du Préfet maritime)

Reumaux2009.jpg

Retrouvé ce soir, à l’Hôtel Montalembert, lors de la remise du Prix du Pamphlet (à qui donc déjà ?) le subtil et caustique Patrick Reumaux dont les propos tournent incidemment à l’Alamblog, dont il trouve judicieusement “l’intérêt discutable”. (C’est un redoutable taquin.) Patrick Reumaux, dont on  […]

Lire la suite

Patrick Reumaux tire double

reumauxtrad.jpg

Illustration de Mervyn Peake. Depuis quelque temps, Patrick Reumaux tire double. En effet, depuis la publication des Revenus de Tisiphone, fable leprechaunienne, et du poème réverbérant Et demain, et demain, et demain au printemps dernier (1), il publie ses livres par paires. Mais cela ne devrait  […]

Lire la suite

Le printemps est là et ça se voit

Seasick Steve et ce qui parait être un dobro, avec une casquette (Andyhallphoto.com) Gros stress de printemps : les livres appétissants profusent à mort. Une liste paraîtra bien bénigne, bien bête, et c'est cependant de cette solution que nous allons (lâchement) user pour vous dire les excitations  […]

Lire la suite

Ah, les p'tits piafs...

C’est comme ça : aujourd’hui je me voue à la contemplation des petits piafs dont je causais hier. Faut dire qu’ils sont fascinants, blottis tous les cinq dans leur nid, dans le passage d’entrée, sous l’immeuble, et au-dessus du placard électrique. Peignés au pétard (je vais tenter le portrait  […]

Lire la suite

Haut de page