Joseph Bollery et les Cahiers Léon Bloy (1924)

BolleryJO.jpg

Joseph Bollery est un grand garçon au teint pâle, au visage osseux, au front large, à la voix grave et pourtant distincte.
Très apparemment Saturne influença ce poète et les titres de ses livres de vers - écrits en collaboration avec Mme Emma Pellerin : La Chasse infernale et L'Impossible Rêve ne démentent pas ce que le croquis d'André Martineau nous révèle de cet homme sérieux et profond.
Il y a longtemps déjà que Bollery a voué à Léon Bloy et à son œuvre une très particulière admiration et qu'il ne dort plus en songeant à l'injustice dont celui qu'il admire fut et est encore la victime, Joseph Bollery a même fait un sonnet sur Bloy où il l'a rappelé :
Maelström rugissant dont le vortex irrité
Sur la montante mer de la médiocrité
Effare l'Armada de la sottise humaine...

Le désir de la justice, chez le Saturnien, ne se traduit jamais par de l'agitation ou par de grands éclats, mais par un attachement solide et une patiente contribution à tout ce qui peut plaider en faveur de l'accomplissement de ce désir et du triomphe de cette justice. Aussi, lorsque la Société des Conférences de La Rochelle demanda à Joseph Bollery de collaborer, celui-ci n'hésita pas. Il intitula sa conférence : Une grand écrivain français méconnue, et parla de Léon Bloy avec amour.
Ensuite, Joseph Bollery a publié sa conférence en une brochure élégante, aux trois quarts épuisée à l 'heure actuelle et un résultat de cette publication - résultat inattendu de Bollery - s'est produit tout aussitôt.
Un groupe d'admirateurs et d'amis de Léon Bloy se précipita chez Bollery.
Ces jeunes gens voulaient fonder un bulletin Léon Bloy et il leur fallait, pour le diriger, un de ces passionnés au cœur chaud et à la volonté froide, dont l'enthousiasme ne sait pas faiblir et dont la patience ne se décourage jamais.
Bollery se révélait à eux providentiellement et accepta, sans l'ombre d'une hésitation, les fonctions qu'on lui attribuait. Les Cahiers Léon Bloy ('c'est le titre que Bollery a donné à ce bulletin) sont donc fondés et le numéro 1 paraîtra fin septembre. un certain nombre de souscripteurs a déjà assuré les débuts heureux de cette revue très spéciale qui nous promet des inédits, des portraits, des autographes, des dessins, sans compter une revue des revues et journaux qui promet d'être attrayante.
Les lecteurs habituels de Léon Bloy voudront se joindre à ces premiers souscripteurs et ainsi, Les Cahiers Léon Bloy deviendront rapidement une des publications les plus curieuses de ce temps. On pourra y publier tous les articles oubliés du maître, une grande partie de sa correspondance et même quelques reproductions en couleurs de ses miniatures qui furent, jusqu'à ce jour, inconnues. Les projets de Joseph Bollery sont originaux et nombreux.


Roger Apremont.



Les Nouvelles littéraires, 19 juillet 1924.

avec dessin

Plus que six jours !

TristeconFCaradec.jpg

Plus que six jours de patience... Comme le temps continue de passer lentement... Sur notre île, il nous a été dit que la fumée du vapeur qui nous apporte les exemplaires de M. Tristecon, chef d'entreprise était en vue de l'atoll voisin. Techniquement, a-t-il été ajouté... Ce qui ne veut rien dire  […]

Lire la suite

Identification d'Alec Scouffi

AlecScouffi.jpg

Bientôt dans la rubrique "Les Egarés, Les Oubliés" du Préfet martitime : Alec Scouffi, un drôle d'esthète... D'après ce qui s'échange dans les milieux bien informés, une réédition de son Poiss' d'or est imminente... Par extraordinaire son roman homosexuel reparaîtra en même temps que  […]

Lire la suite

Plus que treize jours !

TristeconFCaradec.jpg

Plus que treize jours de patience... Comme le temps passe lentement parfois... Sur notre île, nous trépignons dans l'attente du cargo qui nous livrera les piles de Monsieur Tristecon, chef d'entreprise, le livre qui nous apure de tout bacille macroneux, nous venge de l'idéologie ultralibérale et de  […]

Lire la suite

Pierre Aelberts, éditeur des Brimborions

PierreAelberts.jpg

Toujours en avance d’un cargo en retard, l’Alamblog s’aperçoit qu’il a omis de vous informer de la parution en mars dernier d’un catalogue de la livre à prix marqués de la maison Fosse consacré à Pierre Aelberts et à ses mémorables éditions. Mince d’oubli : qui oublierait La Lampe d’Aladdin (1926)  […]

Lire la suite

Inauguration de la Librairie du Pélican Noir et du Sandre

sauvezvosYeux Alamblog.jpg

Ceux qui se souviennent de la librairie Mona Lisait à l’ombre de la Tour Saint-Jacques sauront où fêter l’ouverture en sous-sol de la double librairie du Pélican Noir et du Sandre réunis — un zoo donc —le jeudi 6 prochain. Littéraire, bandes dessinées, cinoche, polar, arts, graphisme, on y trouvera  […]

Lire la suite

Apert opère

ApertLanskine.jpg

On connaît bien Olivier Apert, le complice de François Boddaert dans leurs exercices de provocation, on connaît aussi le lecteur de Pétrus Borel, de Mina Loy (il a publié récemment plusieurs de ses livres dont un volume de Poésies complètes, chez Nous, 2017), de Robert Montesquiou et même de la  […]

Lire la suite

Une maison à Blaye (1901)

MazetBlaye1.jpg

L'histoire littéraire se compose aussi d'immobilier. Témoigne cette annonce de vente d'une maison de Blaye, impliquant la femme de Marc Stéphane dont on apprend le nom de jeune fille (Elisabeth Mazet), et dont on découvre aussi l'environnement familial. L'Espérance, journal de l'arrondissement de  […]

Lire la suite

Haut de page