Sacré Charles !

VirmaitrePortes.jpg


On doit à Laurent Portes, ficelle de la bibliographie savante, une toute fraîche anthologie des écrits de Charles Virmaître (1835-1903) sur Paris. Un livre qui paye, ça, on peut vous l'assurer.
Bien sûr, la bibliographie parisienne n'est pas une matière inattendue. Le sujet est largement surexploité par tous les malins de la terre, y compris par les spécialistes de la Révolution qui ne vient pas trop. La liste des bons livres et des bouquins ni faits ni à faire sur le sujet est longue comme deux ou trois jours sans pain. On peut d'ailleurs parier que plus d'une centaine ont paru cette année et on est sans doute loin du compte - Faut-il qu'il y ait des clients pour cette fourniture ! Charles Virmaître en savait quelque chose...
Avec ce chroniqueur de la vie secrète de Paris, on est en présence d'un grand fauve de la presse du XIXe siècle. D'abord secrétaire d'Emile de Girardin, son père en second, il a passé son existence dans le milieu, dirigeant à l'occasion lui-même un titre lancé par son patron. Il connaissait assurément mieux qu'un autre les ficelles du métier. Argotant comme pas un, ce finaud personnage fut une sorte de Wlly avant l'heure, plus âpre à la tâche sans aucun doute, qui savait tripatouiller du texte pour le faire reluire, tirant des vieilles pages de ses archives personnelles, de nouveaux opus apparemment frais.
Et on verra combien il connaît son métier et les gens qui le pratiquent au reportage qu'il donne sur la rédaction du journal de Jules Vallès, La Rue. Il est admirable et admirablement vivant.
Sur sa lancée, Virmaître publia toute une série de petits livres, plus ou moins épais, qui, à la mode des physiologies, genre alors en vogue, traitaient des multiples et bariolés aspects de Paris. Tout du moins du Paris qui pouvait étonner et attirer le chaland. On vit paraître Paris escarpe, Paris canard, Paris palette ou Paris police, les uns nourrissant les autres et réciproquement. Virmaître étant enfant de la balle, il savait "y faire". Et puis son activité de journaliste l'avait amené à fréquenter du monde. Et du monde beau, interlope ou gazouillant. Comme un limier, il était bien informé des us et coutumes des hommes et femmes qui animaient la société d'alors, les notables sans scrupule, les surineurs, les voyous, les poseurs de bombe, les maquereaux, les indics, les escrocs, les mondaines, à demi ou au quart, et les horizontales, sans oublier les grisettes et autres spécialistes de la spécialité, la ville était foisonnante et ses livres étaient passionnants, tout logiquement. Savez-vous ce que sont les marmites et les ficelles ? Virmaître vous l'explique :

Supposons Pince-moi-le-dard, la Petite Linotte et Baigne-dans-le-beurre en train de faire un zanzibar sur le zinc, l'autel où le pochard dit la messe à sous le canon, pendant que leurs marmites (femmes) sont à la chasse de compères cochons (hommes). Le turbin (travail) ne va pas. Tous les trois calendrinent le sable (traînent la misère). La marmite à la Petite Linotte s'est affourchée sur ses ancres (se repose du trottoir). Il a, la veille, dégoté (trouvé) une affaire juteuse (vol d'un bon rapport). Il en fait part à ses aminches d'aff (amis d'affaires).

Destinés à un public de petits-bourgeois avides de sensations fortes, ces "Paris-quelque chose" qui fleurissaient avec beaucoup d'aisance était une source d'informations salées voire grivoises et rappelaient, au fond, les Nuits de Rétif, qui précédaient tant d'autres récits urbains. D'autant que Virmaître, malin complet, se lançant à l'étude des Flagellants et flagellés de Paris ! La belle affaire ! De quoi appâter définitivement un lectorat amateur de sensations fortes. Et, de fait, l'anthologie de Laurent Portes en apporte la démonstration :

Il y en a pour tous les goûts, de toutes les couleurs, que c'est comme un bouquet de fleurs !




Charles Virmaître Paris du vice et du crime. Anthologie établie et présentée par laurent Portes. - Paris, Nouveau Monde éditions, coll. "Chronos", 252 pages, 8,50 €

La saison des voeux est ouverte

NOriacPleinChant.jpg

Chaleureuse au moment des frimas, la saison des vœux s'est ouverte avec la réception des voeux de la maison Plein Chant. Particulièrement appréciés, on peut s'en douter. Cette année on y lit Jules Noriac, ce qui est aussi inattendu qu'appréciable. Nous en profitons pour souhaiter mille bonnes  […]

Lire la suite

Gabrielle Reval (en marge de Cachées par la forêt)

Gabrielle Reval par Andre Favory.jpg

On ne louera jamais assez la fine intelligence de Gabrielle Reval qui rayonne dans Cachées par la forêt. Voici son portrait par le peintre André Favory (1888-1937). Gabrielle Reval La Chaîne des dames. Portrait de l'auteur par André Favory - Paris, G. Crès Au sommaire, de son recueil de portraits,  […]

Lire la suite

Les incipits du siècle dernier (18)

BerthelinAndouilles.jpg

Au commencement était le père... Il ne l'avait pas fait exprès. Celle qui avait été sa partenaire au jeu de l'amour, si fertile en conséquences stupides, contemplait avec perplexité le petit homme que la nature ingrate lui avait fait mettre au monde sans poils ni plumes, mais avec cette voix  […]

Lire la suite

L'Affaire Lolita

PenelopFitzLib.jpg

Pour passer des fêtes en agréable compagnie, nous vous conseillons de vous rendre chez La Libraire de Penelope Fitzgerald, anglaise de talent. Un film basé sur ce roman délicieux est sorti en salles hier, avec Bill Nighy, Emily Mortimer et Patricia Clarkson, film intitulé Bookshop que nous n'avons  […]

Lire la suite

Les incipits du siècle dernier (17)

GobbetHub.jpg

Quoi ? Qu'est-ce ? L'odeur du pied ancré dans la terre me dégoûte, m'irrite, me martèle, ne passe pas. C'est un bloc. Pied mignon, pied fragile, pied fourchu comme celui de l'incube?. Le requin sur le pont se déchire les entrailles. Longtemps. Tout cela m'inspire de l'horreur. Hubert Gonnet Voyage  […]

Lire la suite

Le jaune est mis

lejauneestmis.jpg

Curieux comme le jaune orangé des couvertures utilisé par la maison Buchet-Chastel dans les années 1960 peut suggérer quelque problématique contemporaine. Ce document est la quatrième de couverture du roman L'Exécution d'Hubert Gonnet paru en août 1967... donc quelques mois avant certain  […]

Lire la suite

Pour soigner la macronite

TristeconFCaradec.jpg

Pour soigner la macronique ? Il existe un remède souverain : Monsieur Tristecon, chef d’entreprise, punch-texte formidable de feu François Caradec, amateur de crus et de bons mots (livres et farces réunis). Son livre, l'un de ses trois chefs-d'oeuvre avec Nous deux mon chien et La Compagnie des  […]

Lire la suite

Les incipits du siècle dernier (17)

trainPIGUET.jpg

C'était un wagon de classe internationale. Un long couloir étroit le traversait d'un bout à l'autre. A droite, une rangée de fenêtres ; à gauche, une rangée de portes. Déjà, tous les compartiments étaient occupés. Des hommes et des femmes se préparaient à passer la nuit. A travers les portes  […]

Lire la suite

Votez Fornax !

boitefornax-267b.jpg

Il existe un concours de la ville de Paris intitulé "Fabriqué à Paris" où se présentent les productions locales. Parmi les candidats, nous avons remarqué le coffret de quatre livres de la maison Fornax. Naturellement, on a voté ! Ce coffret contient quatre magnifiques petits livres pour  […]

Lire la suite

En marge de Cachées par la forêt

Blanche Vogt.jpg

En marge de Cachées par la forêt, 138 portraits de femmes de lettres oubliées (La Table ronde, 2018), nous allons publier dans les semaines qui viennent, quelques morceaux des notes accumulées qui méritent peut-être d’être vues par tous. Pour commencer, l’une des femmes de lettres qui nous  […]

Lire la suite

Haut de page