Fin de partie pour revenu de tout

ApocalypseTadeusz.jpg


Publiée sous le manteau alors que le régime communiste polonais n’avait pas encore atteint le bout de son rouleau, La Petite Apocalypse de Tadeusz Konwicki est un roman qui compte dans une vie de lecteur. C’est l’histoire d’une rencontre d’un homme avec son destin, qui n’est pas un destin mais un échec, et, dans le même moment, une victoire humaine contre la déliquescence et la fausseté. Une victoire de la dignité contre les compromissions et les faiblesses qui permettent de vivre, mais dans l’indignité.
Difficile suivre la trajectoire de son narrateur au cours d’une journée à Varsovie sans penser à certaines pages de Leo Lipski ou de Piotr Rawicz, et à tous ces récits de dérives urbaines et métaphysiques.
La journée en question n’est pas n’importe laquelle puisque c’est la dernière. Des amis du narrateur lui proposant de s’immoler pour porter un grand coup au système : « Nous voudrions te proposer quelque chose. Au nom de tous les camarades ... Que, ce soir, tu te fasses brûler devant l’immeuble du comité central du Parti. » Et le héros de parcourir la ville, happé par les uns, rejoint par les autres, en butte aux lubies, aux folies ou à la volonté de certains.
Face à son engagement et à son oeuvre, interrompue faute de désir, le narrateur exprime au fil de sa déambulation ses désillusions et ses doutes. Avec, au fond de son interrogation, la lourde question de l’engagement sur lequel il a bâti sa vie. Quel sens avait-t-il et quel sens a-t-il encore face au cynisme rampant ?
Quelle fantasque, ironique et cruelle journée...

Quand tu as rejoint la clandestinité et commencé à publier à l’étranger, les salons artistiques officiels ont poussé des rires sardoniques : tu cherchais des récompenses en faisant de la lèche à l’Occident, tu te servais de la politique pour faire une carrière littéraire... Quand les étudiants te photocopiaient la nuit, quand de vieilles maniaques tapaient en cachette tes essais et que tes pensées désespérées et tes vaines espérances étaient diffusées dans le pays à quelques dizaines d’exemplaires, c’étaient tes collègues, tes fidèles compagnons , gardiens et vestales du feu sacré de la nation qui flirtaient avec notre régime étourdi en sachant que c’était là un flirt ambigu mais payant. Ils montaient toujours plus haut en ramassant le fric et l’estime du pays, ils se faisaient valoir à l’étranger en profitant des appuis diplomatiques et des fonds de la grande machine de l’Etat. C’est eux qui clignaient de l’oeil au monde libre pour lequel ils représentaient la force morale d’un pays oppressé, cette force dont ils étaient les créateurs et les guides. Quant à toi, pauvre vieille cloche, tu recueillais des coups de pied de la part des uns et des autres. Maintenant tu baisses le levier de ta destinée. Avec quel bilan ? Qui, en dehors de moi, a embelli dans nos casemates ? Qui d’autre a passé des nuits blanches tourmenté par sa conscience ? Qui a accepté de sauter dans le feu, de pécher par offense au Seigneur ?
As de pique s’assit au milieu de la salle. Il ne me regardait pas plus que les trois moribonds. Le museau en l’air, il contemplait de ses yeux ronds comme deux perles le Vert pâle des carreaux du plafond, le vert des espoirs déçus.

Magistrale leçon de lucidité, La Petite Apocalypse réjouit tous les sens. C’est une lecture particulièrement saine en période de confinement. Elle devrait donner à tous le réflexe de penser à ce que l’on fait et à ce que l’on dit. Mais, entendons-nous bien : de penser ''vraiment’’ puisque les choses ne sont jamais aussi simples qu’on peut l’imaginer. Action/Réaction, intentions, ambitions, désirs et résultats, voilà les motifs de la fable de Tadeusz Konwicki, qui n’aurait probablement pas volé le Nobel pour une roman comme celui-ci.



Tadeusz Konwicki ''La Petite Apocalypse’'. Traduit du Polonais par de Zofia Bobowicz. Préface de Costa-Gavras.— Marseille, Editions du Typhon, 332 pages, 18,90 €

La Petite Apocalypse de Tadeusz

ApocalypseTadeusz.jpg

Tandis que l’édition française se prépare à nous mettre en vente les 692 « Journal de confinement » en cours de rédaction à travers la France (1) — Pardon 892, on me signale que j’en oublie —, il nous reste quelques très bons livres à engloutir, et notamment La Petite Apocalypse de Tadeusz  […]

Lire la suite

† René Berteloot (1933-2020)

ReneBerteloot.jpg

C'est avec une immense tristesse que j'ai appris ce soir le décès de René Berteloot le 6 mars dernier à l'âge de 86 ans. La faucheuse est décidément cruelle en ce début d'année 2020 pour la littérature prolétarienne: à trois semaines d'intervalle, elle emporte deux figures majeures de la  […]

Lire la suite

Coco pas content

BUrgerJOanan.jpg

Coco pas content, et pour caucause : Le Perroquet qui m’aimait, et son « histoire vraie » narrée par sa propriétaire même a paru en librairie le 13 mars dernier quarante-huit heures avant le grand bouclage. Ca n’est pas la privation de liberté qui blesse le bât (l’oiseau a l’habitude), plutôt la  […]

Lire la suite

Les incipits du siècle dernier (30)

parquesespag2.jpg

Naturellement j’ai été éblouie, le temps de lui donner un coup sur la tête, elle a tourbilloné comme une poupée de plâtre, puis elle est tombée de tout son long. On aurait dit une statue qui se déboite de son socle. Je l’ai enjmabée et je suis sortie. Irma Dupont (Van Lawick) Le Chéroub. — Paris,  […]

Lire la suite

Eau-forte #9

%

L’Eau-forte tue-t-elle le virus. C’est bien probable qu’il ne résiste pas à l’acide ce présumé faux-fils de Pangolin, mais ça n’est pas ici que nous allons en discuter. Il s’agit présentement de signaler l’existence de la neuvième livraison de la revue L’Eau-forte consacrée aux étoffes, et en  […]

Lire la suite

Un Nouveau Grand Jeu de l’Alamblog

JeuMarques.jpg

Vous avez du temps et vous en avez assez de vous vautrer dans les réseaux sociaux dont les humeurs macérées commencent à sentir ? (oui, on y constate des comportements étranges, comme toujours ; les plus raisonnables n’étant pas toujours ceux que l’on croit.) Arte et d’autres fournissent des films  […]

Lire la suite

Éparpillée !

NClifBarn.jpg

On nous suggère un repli plein de recueillement, pardon, de confinement — elle nous souligne les vertus de l’éparpillement... Elle, c’est l’Amazone de Gourmont, la belle Natalie Clifford Barney, qui fascina tant. Femme brillante parmi les femmes brillantes, elle avait donné en 1910 son recueil  […]

Lire la suite

Du poilu à l'écureuil

Genevoix30000Jours.jpg

Avant d’être le poignant écrivain des tranchées, Maurice Genevoix fut pour beaucoup d’entre nous l’auteur de dictées harassantes. Parce que riches de déroutantes figures et de vocables bien somptueux pour nos petites têtes d’oisillons. Plus tard, on s’arrêta peut-être — si l’on n’avait pas commencé  […]

Lire la suite

Du Promenoir (et autres)

GuyoHero.jpg

Pour les amateurs de revues, un catalogue à prix marqués paraît à la Librairie du Scalaire, exclusivement nourri de revues en collections complètes ou au numéro isolé. Et quelles ! Connaissiez-vous, par exemple, Le Promenoir ? En préambule, Marc Malfant donne ce paragraphe tiré du journal d'Odilon  […]

Lire la suite

Un petit aigle et un petit dragon s'aimaient d'amour tendre

L-Aigle-le-Dragon-et-la-Crise-planetaire.jpg

Tant qu'à faire des choses utiles et intéressantes, une fois le Monde diplomatique refermé, il n'y a guère d'alternative à un bon livre ou à un bon film. Et puisque tout évoque ce que pourrait être une toute petite fin du monde catarrheuse, si ce n'est cacochyme, il ne tombera pas dans l'oeil d'un  […]

Lire la suite

Haut de page