Les mânes d'Einstein

cloches-d-einstein-grendel.jpg


Lucidité, bonheur, ignorance, absurdité de la vie sociale, il y a de nombreuses occasions de s'ébaudir de l'Homme moderne dans le roman du Slovaque Grendel. Y compris les mânes d'Einstein qui causent directement à son Moi Inégalable - lequel aurait pu intervenir déjà dans un récit Macedonio Fernandez. Passons sur l'Institut fantaisiste où son narrateur travaille, à la recherche de l'anabase semble-t-il, passons sur ses relations avec son épouse dévouée au Parti, il y a dans la fable de Grendel cet arrière-goût sûret que l'on trouve dans les tous récits fabulants de la vie en société totalitaire, jusque dans les expressions de la folie de tous et de chacun.
Sur un rythme allègre, Grendel parvient à raconter l'inanité d'un monde tout en tressant la métaphysique d'un narrateur nuageux, toujours étonné de ce que l'humanité peut produire. Et dans le cas où il croise inopinément une manifestation au sortir d'un confinement involontaire, comment s'étonner de sa difficulté à prendre partie, à choisir entre "eux" et "nous". Mais où sont donc les vainqueurs ?

J'ai appris que le maximum à quoi on puisse prétendre dans la vie, c'est au bonheur des ignorants. Vouloir davantage revient à jouer avec les flammes de l'enfer.
J'étais donc heureux et ignare. Mais sous la surface de mon bonheur, les forces secrètes, tectoniques, de l'insatisfaction oeuvraient, leur puissance d'expansion s'approchait d'année en année du point critique au-delà duquel toutes les apparences explosent. J'essaie de reconstruire et de regrouper les événements dans l'espoir de trouver une explication logique à l'effondrement de ma carrière prometteuse et à celui de mon bonheur. Ma vie s'acheminait dès le départ vers une catastrophe, mais pendant longtemps je ne me suis aperçu de rien. Mon mécontentement n'avais pas de raison précise, je ne l'ai pas pris plus au sérieux qu'un rhume ou que la défaillance temporaire d'un appareil ménager. Ce n'est pas ma vanité qui m'a aveuglé, c'est mon ignorance,. Je ne savais pas encore que la catastrophe engendrait le savoir ; ou qu'elle libérait certains hommes des souffrances dues à l'ignorance. Pas tous, seulement ceux qui le méritaient, qui s'en montraient dignes, c'est-à-dire les plus malheureux, car une catastrophe alourdie par le savoir était le terrain le plus fertile du malheur.




Lajos Grendel Les Cloches d'Einstein. Traduit du hongrois (Slovaquie) par Véronique Charaire. - Ibolya Virag, La Baconnière, 2019, 10 €


† Dominique Noguez

Noguez Dominique Draco Semlich.jpg

Après le poète Antoine Emaz, c'est un esprit et un ami qui ont disparu avec Dominique Noguez, la nuit du 14 au 15 dernier, à Paris. Spécialiste de l'art vidéo, maître ès-humour noir, il était l'élégance incarnée, et une pensée mobile, toujours attirée par le pas de côté, par le grain de sable qui  […]

Lire la suite

Ce jour au Panthéon

Odette Lenoel.jpg

Ce jour, le Préfet maritime donnera au cours d'une pérégrination parlante au sein du Panthéon un panorama des quelques femmes de lettres tuées pendant la Seconde Guerre mondiale, la plupart mortes pour la France et déportées, dont les noms ont été gravés dans le marbre du mémorial. Il s'agit d'Olga  […]

Lire la suite

Léon Moussinac et la violence policière

MoussinacManifestationInterdite.jpg

C'est à la générosité de la librairie Gwalarn, de Lannion, que l'on doit d'avoir en main cette réédition de Manifestation interdite, un roman oublié de Léon Moussinac (1890-1964), lui-même fort négligé depuis quelques décennies. (Il serait juste, ici, de rappeler toutefois le travail engagé par  […]

Lire la suite

Les conditions de productions lexicographiques

GrandeTraverséeMiuraShion.jpg

Les dictionnaires ont trop tendance à adopter un point de vue masculin, déclara paisiblement le professeur Matsumoto. Les rédacteurs sont pour la plupart des hommes dans la force de l'âge. Ils oublient trop facilement le vocabulaire de la mode ou de la maison. Mais on ne peut plus continuer sur  […]

Lire la suite

Paris-boulevard jour d'été

MoussinacManifestationInterdite.jpg

L'après-midi d'un jour de fête, l'été, sur les grands boulevards, offre un spectacle assez morne. Une foule un peu dense et point active, parce que composée en majeure partie d'étrangers et de provinciaux. Les Parisiens sont partis. Le petit bourgeois qui habite la capitale depuis quelque temps a  […]

Lire la suite

Monsieur Monsieur écrit à son père

TardieuPereFils191418.jpg

Mon cher Papa, Je souhaite bien que la « Patrie en danger » n’ait pas besoin ton "oreille courageuse". Je crois bien qu’en ce moment les soldats aimeraient mieux une bonne tripe à la mode de Caen que la triple alliance, en revanche ils auront du bon pain car le fils Ballet est parti hier  […]

Lire la suite

La viande se rebelle

ArcheneoGlenat.jpg

C’est en découvrant l’histoire des lapins de ''Watership Down’’ de Richard Adams que Stéphane Betbeder a imaginé l’histoire d’une bande d’animaux réchappés de l’abattoir, avec, à l’esprit, beaucoup de bienveillance pour la gent animale et la mise en évidence - et en image - des multiples mauvais  […]

Lire la suite

Les incipits du siècle dernier (19)

FleuryProspectus.jpg

Bombardées par jets rapides de flashes fusant d'un tourniquet, des hétaïres déambulent sur les gradins d'un amphithéâtre. Du haut des promenoirs qu'ils emplissent, leurs cils papillotant devant ces filles à perruques, des diamantaires les hèlent en brassant leurs joyaux. Daniel Fleury Prospectus. -  […]

Lire la suite

Les Mots du livres

DUCorpsALOuvrage.jpg

On dit que le rire différencie l'Homme du singe : c'est complètement faux ! C'est le codex qui constitue la véritable exception humaine dans toute la galaxie ! En l'honneur de cet objet délicieusement parfait et technologiquement robuste, paraîtra jeudi Du corps à l'ouvrage. Les mots du livre, une  […]

Lire la suite

Berchon était-il tatoué ?

BerchonTat.jpg

Il fallait aller le chercher ce Berchon ! Ernest Berchon (1825-1895), natif de Cognac et grand voyageur, en steamer notamment, sans doute parce que sa fonction de médecin principal de la Marine le proposait aux lointains. Natif de Cognac, il s'était honoré du titre de docteur en médecine en 1858  […]

Lire la suite

En marge de Cachées par la forêt : Octavie Rossignon

OctavRossign.jpg

Yves Frémion, qui n'a jamais le calame dans la poche, nous sert un article sur la figure bien oubliée d'une dessinatrice de presse du XIXe siècle, Octavie Rossignon. Méconnue ? c'est peu dire. Elle est née en 1809 à Paris, fille du peintre d'histoire Rossignon, est l'élève de son père puis d'Horace  […]

Lire la suite

Haut de page